L'installation empêche les sans-abri de s'installer dans l'allée du bâtiment.
L'installation empêche les sans-abri de s'installer dans l'allée du bâtiment.

Frédéric Brenon

P lus de 200 piquets en pierre et en bois étalés sur trente mètres de long. L'aménagement réalisé rue Coustard dans une coursive privée d'un immeuble de bureaux du quartier Baco ressemble à s'y méprendre à une oeuvre d'art. La démarche est en fait moins poétique : empêcher les sans-abri de s'installer au pied du bâtiment. Un dispositif parfois utilisé à Paris, mais rarement vu à Nantes. « La coursive était régulièrement occupée et salie, explique le syndic de l'immeuble. Cet aménagement a été réalisé par un cabinet d'architecte nantais à la demande du propriétaire [une SCPI parisienne] et des occupants qui avaient fait remonter des désagréments. Ça redonne aussi un peu de gaieté esthétique à l'endroit. »

« Choquant comme idée »
La présence régulière de SDF, due à la proximité de structures sociales (Bains-douches, centre d'hébergement, bagagerie...), semblait en effet incommoder certains. « Avant, des bouteilles traînaient et ça sentait l'urine, se rappelle un salarié. C'est résolu maintenant. » La solution retenue est pour autant loin de faire l'unanimité, comme l'a révélé le site Le Canard social. « C'est choquant comme idée. Ces personnes ne nous dérangeaient pas plus que ça. Interdire la misère en bas de sa porte est vraiment égoïste », s'indigne Lydie, autre salariée. « C'est scandaleux et stupide. Des coins abrités à Nantes il n'y en a pas tant que ça », rapporte Alphonse, ex-SDF. « Va-t-on clôturer la rue la prochaine fois? s'interroge-t-on à la Halle aux bagages. Il y a sûrement d'autres solutions pour résoudre les problèmes. »