Les scènes salaces ou sanguinolentes du western de Royal de Luxe ont « déconcerté » certains des 1 200 spectateurs.
Les scènes salaces ou sanguinolentes du western de Royal de Luxe ont « déconcerté » certains des 1 200 spectateurs.

Guillaume Frouin

Depuis une semaine, d'interminables files d'attente se forment le long des remparts du château des Ducs de Bretagne, pour assister à Rue de la Chute. « Il faut compter environ deux heures d'attente », évalue un bénévole du dernier spectacle gratuit de Royal de Luxe. Certains préfèrent ruser : mercredi soir, un couple de retraités a refusé d'évacuer le château à sa fermeture à 17 h 30... pour patienter à l'intérieur jusqu'à 19 h. Les organisateurs, après avoir voulu leur interdire l'accès aux tribunes, y ont finalement renoncé. Et cela, bien que 150 spectateurs aient dû être refusés.
Reste que, sur les 1 200 qui ont assisté à Rue de la Chute (dont une centaine assis par terre sur des tapis), certains sont repartis déçus. « J'ai rien compris, c'est totalement décousu », avoue Dominique, 47 ans. Les scènes salaces ou sanguinolentes du western ont aussi « un peu déconcerté » Irène, 75 ans. « C'est différent des Géants », philosophe un de ses voisins.