Dans Force rose, etc, la Vierge prend l'aspect des cinq « Bioman » japonais.
Dans Force rose, etc, la Vierge prend l'aspect des cinq « Bioman » japonais.

Guillaume Frouin

Jusqu'à la fin du mois, de « Nouvelles Apparitions » de la Vierge se produisent à Nantes. La plasticienne Soisig Chamaillard, 36 ans, expose en effet à la galerie Albane ses statues customisées de Marie. Super Marie O est ainsi affublée de la moustache et de la tenue de plombier du célèbre personnage de jeux vidéo. Sainte Marianne, elle, arbore un sein à l'air et le bonnet phrygien de la République. My Little Mary est, pour sa part, un mélange de la Sainte Vierge et de « Mon Petit Poney ».

Catholiques intégristes furieux
On y retrouve aussi des tirages d'art numérotés de ses précédentes œuvres, comme ces deux bustes de Vierges qui s'apprêtent à s'embrasser. Exposées au même endroit en février 2011, elles s'étaient attirées les foudres de catholiques intégristes. « On a reçu jusqu'à 3 000 spams par jour, souvent en provenance des Etats-Unis », se souvient Albane Lucazeau, la galeriste. « Je ne
cherche pas à choquer les croyants », se défend Soisig Chamaillard. « Je veux juste valoriser l'image de la Femme, en associant la Vierge à des super-héros souvent masculins : elle est la seule représentation héroïque d'une femme qui soit connue à travers le monde. » Tous les catholiques, ainsi, ne désapprouvent pas son travail. « Un couvent de religieuses, qui ont trouvé ça plein d'humour, nous a vendu une vingtaine de pièces pour cette deuxième exposition », assure l'artiste, qui arpente d'ordinaire les brocantes pour trouver ses statues. Transformées en œuvres d'art, elles se vendent de 950 à 6 000 €.