« Je me doutais d'une progression extraordinaire »

0 contributions
Publié le 11 juin 2012.

La droite va devoir se battre pour conserver ses fiefs. « Je m'attendais à un scrutin serré et difficile. C'est le cas », observe Laurent Dejoie, candidat UMP dans le Vignoble, seule circonscription où le député sortant Serge Poignant ne se représentait pas. « Les choses ne sont pas écrites : entre deux tours, il y a des correctifs. », estime-t-il.
Même cas de figure dans le Pays de Retz, où la candidate socialiste devance de peu le député sortant UMP Philippe Boënnec. « Je me doutais d'une progression tout à fait extraordinaire, mais je ne m'attendais pas forcément à être en tête au soir du premier tour », confie Monique Rabin. Les scores sont serrés, mais c'est déjà une première victoire pour moi. » « Cela va se jouer entre 300 et 600 voix », pronostique Philippe Boënnec, qui a lancé dès dimanche soir un appel aux électeurs du Front national. « Je m'oppose au mariage des homosexuels, au vote des étrangers en France… Il y a de grandes valeurs à défendre, qu'on partage avec d'autres », a-t-il déclaré.

Dominique Raimbourg « étonné »
Dominique Raim bourg (PS), facilement réélu député dans la circonscription de Nantes-Rezé, admet ainsi être « étonné de cette poussée ». « Plutôt qu'une vague rose, je parlerais d'une vague d'espoir », a estimé l'ancien avocat sur France Bleu Loire Océan. Le « défaut de projet politique » de son adversaire de droite et les divisions des écologistes lui ont facilité la tâche, a-t-il également analysé.

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr