François de Rugy (EELV, en haut) et Laurent Dejoie (UMP).
François de Rugy (EELV, en haut) et Laurent Dejoie (UMP).

Frédéric Brenon

Sur les dix circonscriptions soumises au vote des électeurs de Loire-Atlantique ce dimanche, quatre pourraient basculer. Zoom.

Orvault-Sautron : L'UMP en reconquête. En 2007, l'écolo François de Rugy avait créé la surprise dans cette 1re circonscription en ravissant, avec le soutien du PS, le siège du député sortant Jean-Pierre Le Ridant. Cinq ans plus tard, l'UMP veut sa revanche. C'est son président départemental, François Pinte [lui-même battu à deux reprises dans la 2e], qui relève le défi, sans l'aide du centriste Hervé Grelard. Le député EELV, lui, défend son acquis, toujours avec la bénédiction négociée du PS. A la présidentielle, Hollande avait obtenu ici près de 57 % des voix.

Vignoble : La gauche veut piquer la place. Le député sortant, Serge Poignant (UMP), est le seul du département à ne pas se représenter. Du coup, le PS entend profiter de l'occasion pour s'emparer de cette 10e circonscription qui a placé Hollande en tête à la présidentielle. Mais l'ambitieuse Sophie Errante aura fort à faire face à la notoriété du maire UMP de Vertou, Laurent Dejoie. MoDem et FN sont en embuscade.

Ancenis-Châteaubriant : Hunault en danger. Une défaite de Michel Hunault (Nouveau Centre), député depuis près de vingt ans, serait un coup de tonnerre. Mais le conseiller général socialiste Yves Daniel a des raisons d'y croire. L'introduction des cantons du pays d'Ancenis modifie en effet le profil habituel de cette 6e circonscription. Et le score élevé d'Hollande à la présidentielle (56,6 %) était peut-être un signe.

Pays de Retz : Rabin se rapproche. La 9e circonscription est un territoire ancré à droite. Pourtant, le PS pense pouvoir profiter de la dynamique Hollande (49,8 % à la présidentielle) pour créer la surprise. Sa candidate est encore Monique Rabin, maire de Saint-Philbert de Grand-Lieu, qui avait réduit l'écart de 9000 à 3000 voix en 2007 face à Philippe Boënnec. Le maire de Pornic brigue un second mandat en favori.