L'autre mur libre et non soumis à autorisation se situe sur les quais de Loire.Dans le Bas Chantenay, le mur situé en bas de la Carrière est devenu, depuis avril dernier, accessible aux graffeurs nantais sans la moindre autorisation.Les murs du Plan Graff sont aujourd'hui au nombre de dix, mais d'autres espaces pourraient être rejoindre la liste dans les mois à venir.
L'autre mur libre et non soumis à autorisation se situe sur les quais de Loire.Dans le Bas Chantenay, le mur situé en bas de la Carrière est devenu, depuis avril dernier, accessible aux graffeurs nantais sans la moindre autorisation.Les murs du Plan Graff sont aujourd'hui au nombre de dix, mais d'autres espaces pourraient être rejoindre la liste dans les mois à venir. - L. Failler / 20 minutesL. Failler / 20 minutesL. Failler / 20 minutes

Julien Ropert

Longtemps considéré comme du simple vandalisme, le graffiti est aujourd'hui une pratique artistique reconnue. Et Nantes, comme Rennes avant lui, a décidé de lui offrir un terrain de jeu légal via le Plan Graff, qui accorde officiellement dix murs aux graffeurs, marqués aujourd'hui par des plaques de la Ville. « Nous avons sollicité la ville dès 2005, raconte Nicolas Reverdito, de l'association Pick Up production, organisatrice, entre autres, du festival Hip Opsession. Des enfants faisaient des stages de graff, mais n'avaient ensuite aucun endroit pour le pratiquer. Il fallait une solution. Mais il ne faut pas se tromper, le Plan Graff n'a pas vocation à réduire le nombre de tags en ville. »
Nantes compte donc huit murs d'expression légale, soumis à autorisation, géré par Pick Up, et deux totalement libres depuis avril, sur les bords de Loire et sur la Butte Sainte-Anne. Pour y peindre, les graffeurs doivent signer un document auprès de Pick Up et adhérer à une charte de bonne conduite. Les utilisateurs sont d'ailleurs passés de 139 en 2009 à 184 en 2011. Les riverains ne s'en plaignent pas à l'image de Pascal, habitant du centre-ville. « Je trouve ça bien qu'ils puissent s'exprimer, et j'aime assez ce qu'ils ont fait sous le pont du Lieu Unique. » Quant aux graffeurs, les avis sont forcément partagés, entre les partisans du tag libre et ceux qui apprécient l'initiative. « Globalement, c'est une bonne chose, estime un pratiquant nantais. Ces murs répondent au besoin d'une certaine catégorie de graffeurs, mais pour d'autres, qui graffent sur tous supports ce n'est pas intéressant. Ils ne se contenteront pas d'aller dans un zoo du graffiti. »

un autre parcours pour le voyage à Nantes

Au-delà du Plan Graff de la ville, un ambitieux parcours graffiti sera aussi proposé du 15 juin au 19 août dans le cadre de l'événement culturel Le Voyage à Nantes. Baptisé « Over the wall », l'opération revisitera plus d'une dizaine de lieux du centre-ville nantais (murs, façades, vitrines, stores…) par une quarantaine de graffeurs de renommée internationale.