Maître Rouxel avait défendu l'adolescent dans une affaire de vol.
Maître Rouxel avait défendu l'adolescent dans une affaire de vol.

Guillaume Frouin

Le corps retrouvé mercredi dans la Loire à Bouguenais, à hauteur de Roche-Ballue, est bien celui de Christian Pancrate. Cet adolescent de 13 ans avait sauté dans le fleuve dans la nuit du 13 au 14 mai, pour échapper à son interpellation. Avec son passager de 16 ans, il venait de percuter délibérément un barrage de police, près du pont du général-Audibert, au volant d'une voiture volée. Un policier de 35 ans avait alors été gravement blessé.

De la taille d'un adolescent de 16 ans
L'autopsie pratiquée n'a révélé « aucune trace de violence », a indiqué à 20 Minutes la procureure de la République de Nantes, Brigitte Lamy. Aucun doute, à vrai dire, ne subsistait sur l'identité du corps : ses empreintes digitales avaient déjà parlé. Sa corpulence aussi. « Il était de la taille d'un adolescent de 16-17 ans », se souvient l'avocat Jean-Yves Rouxel, qui l'avait défendu dans une précédente histoire de vol. Christian Pancrate aurait alors dû être placé en centre éducatif fermé, mais la solution avait été écartée faute de places... « Il ne faisait pas méchant quand vous le voyiez », poursuit Jean-Yves Rouxel. « Mais il semblait tout voir comme un jeu... On lui avait pourtant dit que les risques n'étaient pas virtuels. »