Pauline a disparu le jeudi 26 avril.
Pauline a disparu le jeudi 26 avril.

Frédéric Brenon

Les heures passent et l'inquiétude grandit. Pauline Haldenwang, 24 ans, n'a plus donné de signe de vie depuis 18 h jeudi. L'étudiante en communication, originaire de la région niortaise, avait alors quitté son logement de la rue Kleber (quartier Graslin à Nantes) munie de ses clés et vêtue vraisemblablement d'un long manteau noir, d'un jean bleu, d'une écharpe verte et de bottes noires. Sac à main, téléphone, papiers d'identité ou carte bancaire n'ont en revanche pas quitté l'appartement. « Elle est sortie comme ça, sans laisser de mot, comme si elle allait revenir cinq minutes plus tard. C'est incompréhensible », rapporte sa maman.

Aucun indice ni témoignage
Malgré des recherches en centre-ville, autour de la Loire et de l'Erdre, à l'aide de chiens et d'un hélicoptère, la police ne dispose « d'aucun élément ni témoignage probant ». Les nombreux avis de recherche affichés en centre-ville ou diffusés sur les réseaux sociaux par la famille et les amis n'ont également rien donné. « Rien ne laisse penser pour l'heure à une piste criminelle », indiquent les enquêteurs, lesquels relèvent aussi que Pauline avait été récemment en fragilité psychologique. « Elle était anxieuse pour son avenir comme beaucoup de jeunes, précise sa mère. Mais professionnellement et sentimentalement, ça se passait bien. Est-ce qu'il lui est passé quelque chose par la tête? A-t-elle rencontré quelqu'un? Personne ne sait rien, ça paraît incroyable. »

André Poitevin lui aussi introuvable

André Poitevin, 20 ans, est lui aussi porté disparu depuis le 15 avril. Le jeune Nantais avait quitté vers 5 h du matin une discothèque de la rue Franklin, quartier Graslin. Il portait une chemise rayée, une veste en cuir à capuche et un pantalon beige.