Relaxe requise pour le policier

Sans surprise, le substitut du procureur de la République a réclamé hier la relaxe du policier jugé depuis mardi pour des « violences » au tribunal correctionnel. Un avis dans la droite ligne du non-l...

— 

Sans surprise, le substitut du procureur de la République a réclamé hier la relaxe du policier jugé depuis mardi pour des « violences » au tribunal correctionnel. Un avis dans la droite ligne du non-lieu requis par le parquet au cours de l'instruction : si le magistrat a confirmé « l'état de causalité certain et direct » entre son tir de Flash-Ball et la blessure à l'œil du lycéen de 17 ans - bien que le prévenu affirme avoir tiré sur un autre manifestant - il a aussi mis en avant son « irresponsabilité pénale ». Le gardien de la paix a en effet tiré sur ordre de son chef, une « autorité légitime » au regard du Code pénal, dont l'ordre n'était pas « manifestement illégal ». En suivant ce raisonnement, si l'affaire était jugée par un tribunal administratif, le lycéen pourrait ainsi se voir indemniser. Reste maintenant à voir quelle analyse en fera le tribunal correctionnel de Nantes. Il a mis son jugement en délibéré au 3 avril.G.F.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.