Le tribunal administratif de Nantes a autorisé ce mardi l’expulsion des occupants des bâtiments universitaires Censive et Château du Tertre. Un collectif de soutien aux migrants occupe depuis près de deux semaines deux bâtiments situés sur le campus du Tertre.

L’université de Nantes avait déposé une requête en référé, mercredi dernier, afin d’obtenir leur évacuation. La juridiction administrative lui a donc donné raison. « Si le château n’est pas libéré dans les plus brefs délais, je demanderai l’appui des forces de l’ordre pour faire respecter cette décision de justice», déclare Olivier Laboux, président de l’Université de Nantes. 

L’occupation de la Censive reste tolérée

Olivier Laboux explique qu’il tolère, « pour le moment », l'occupation de dix salles de cours de la Censive (faculté de lettres). En revanche, il souhaite le départ immédiat des occupants du château du Tertre, un bâtiment qu’il juge « inadapté à l’accueil de personnes » et au sein duquel de lourds travaux de réhabilitation sont censés commencer cette semaine.

>> A lire aussi : Nantes: «Il n'y a pas de mineur isolé sans proposition de logement», affirme la préfète

Dans la nuit du 18 au 19 novembre, c’est l’ancienne école des Beaux-arts (vide depuis la rentrée) de Nantes qui avait été occupée. Ses 40 occupants avaient finalement été expulsés dimanche après-midi, à la demande de la mairie de Nantes, par 150 policiers. Une démarche qui avait choqué de nombreuses personnes.