La ville de Rezé aimerait bien être la première commune de l’agglomération nantaise à plafonner la vitesse de circulation à 30 km/h (au lieu de 50 km/h) partout sur son territoire. L’idée trotte dans la tête du maire Gérard Allard, mais le socialiste entend recueillir un maximum d’avis d’habitants avant de soumettre la mesure au vote du conseil municipal.

Le débat public est donc officiellement lancé et il va prendre plusieurs formes. D’abord la consultation d’un panel de citoyens, élus et professionnels réunis au sein d’une « conférence citoyenne ». Les 16 membres auront pour mission de produire un avis collectif en mars prochain.

Puis, en janvier 2018, une consultation générale sera lancée auprès de toutes les personnes intéressées via une question posée sur unsite Internet déjà créé pour l’occasion. Le conseil municipal fera ensuite connaître sa décision en avril 2018.

Comme Grenoble, Lorient ou Angers

Selon la mairie de Rezé, une réduction de la vitesse à 30 km/h participe à renforcer la sécurité routière, à encourager l’utilisation des transports non motorisés (vélo, marche), à réduire la pollution atmosphérique et les nuisances sonores, à améliorer l’attractivité des rues commerciales ou à apaiser les relations de voisinage.

Seuls les grands axes où la fonction de transit domine resteraient limités à 30 km/h.

Les villes de Grenoble, Lorient, Sceaux, Clamart, Fontainebleau ou, récemment, Angers, ont déjà pris la décision de généraliser le 30 km/h.