Nantes: Du Wi-Fi gratuit débarque dans sept lieux publics et lignes de bus

NUMERIQUE La ville a lancé ce mardi son service de Wi-Fi libre et gratuit, pour une expérimentation d’un an…

Julie Urbach

— 

Nantes lance un service de Wi-fi gratuit

Nantes lance un service de Wi-fi gratuit — J. Urbach/ 20 Minutes

  • Le service "Nantes Wifi public", accessible depuis ce mardi, est en test pendant un an
  • Cinq lieux de passage (en centre-ville ou non) ont été choisis, ainsi que le busway et la navette aéroport

Regarder une vidéo, envoyer des tweets voire boucler un dossier… C’est désormais possible dans sept lieux publics et lignes de bus à Nantes, et ce sans vider son forfait 4G. Depuis ce mardi officiellement, la ville a en effet lancé son service de Wi-Fi gratuit. La connexion est possible sur la place du Commerce, dans la partie sud du Jardin des plantes, place Rosa-Parks (quartier Malakoff), sur le parvis des Machines, au pôle d’échange multimodal Haluchère… mais aussi dans le busway (ligne 4) et la navette aéroport.

Si le service Wifi Lib (privé) existait déjà, l’objectif est cette fois de créer un « véritable service public efficient, qui permette l’accès à Internet pour tous », insiste Francky Trichet, adjoint au numérique à Nantes métropole. L’utilisation de « Nantes Wifi public » se veut donc très simple : pas besoin de rentrer de login ou de mot de passe pour se connecter, ni de regarder des publicités. Ensuite, la connexion se fait de manière automatique. Sur chaque zone, environ une centaine d’utilisateurs peuvent surfer en même temps.

Quand et où seront les pics d’utilisation ?

« Le Wi-Fi dans les transports en commun va permettre de transformer ce temps d’attente en temps utile, assure Bertrand Affilé, vice-président en charge des transports à Nantes métropole. On essayera de le déployer au fur et à mesure dans les bus, puis dans le tramway mais pas avant que toutes les rames soient renouvelées. »

Pendant un an, l’utilisation du service sera en fait scrutée de près. Evidemment, pas question pour la ville de récupérer vos données personnelles, prévient-elle. C’est plutôt les horaires auxquels vous utilisez son Wi-Fi, et quel est votre endroit préféré qui l’intéresse. « C’est une expérimentation, nous allons voir comment les différents publics s’en emparent, où et quand seront les pics, ce qui conditionnera le déploiement du service », continue Francky Trichet. Des mesures d’ondes seront également effectuées, promet-on.

>> A lire aussi : A Toulouse, on a déjà des zones de Wi-Fi gratuit

L’initiative saluée

Une instance composée d’une vingtaine d’étudiants, commerçants, riverains émettra donc ses préconisations dans un an, en vue de l’installation de nouveaux points. En attendant, les premiers utilisateurs saluent l’initiative. « C’est pratique car mon téléphone n’est pas super niveau 4G, explique Pierre, 39 ans, assis sur les marches de la place du Commerce. Par contre, si la mairie veut être totalement cohérente, elle devrait aménager des espaces en accès libre pour que l’on puisse vraiment se poser avec son ordi, sans avoir à se payer un café en terrasse. »