Saint-Nazaire: Malgré un carnet de commandes plein, les chantiers navals STX bientôt à l'arrêt?

SOCIAL La grève d’une partie des salariés pourrait entraîner le blocage de la chaîne de production…

Clément Carpentier

— 

Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire

Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire — L. Venance / AFP

  • Cinq semaines de conflit social
  • Des négociations complètement à l’arrêt
  • La menace du recours au chômage technique

Décidément, il y a toujours quelque chose qui ne va pas sur les chantiers navals STX de Saint-Nazaire. Alors que le carnet de commandes déborde, la tension entre la direction et les salariés reste forte.

>> A lire aussi : Saint-Nazaire: L'accès aux chantiers navals STX de nouveau bloqué par des salariés

Pas sur la même longueur d’onde

Après cinq semaines de mouvements sociaux (grèves, blocages, débrayages… etc.), la réunion de négociations de ce lundi n’a rien donné. « La direction nous répond à côté ! Leurs propositions ne correspondent pas du tout à ce que les salariés attendent », explique Sébastien Benoît, délégué CGT.

Selon les syndicats, la direction propose que les RTT gelées notamment en 2015 soient remboursées (cela représenterait 2 millions d’euros). Les salariés, eux, souhaitent obtenir une hausse des salaires et surtout une prime de livraison de navire à l’avenir pour « la reconnaissance des efforts accomplis. »

>> A lire aussi : STX: Ce que le patron de Fincantieri veut faire des chantiers de Saint-Nazaire

La menace du chômage technique ?

Le conflit va donc durer puisque les ouvriers du secteur « usinage » (l’atelier de fabrication de tôles) ont décidé à l’unanimité de poursuivre leur grève. Une grève qui n’est pas sans conséquence pour les autres secteurs et les sous-traitants. En effet, la chaîne de montage est dépendante du secteur « usinage. »

Face à cette situation, la direction affirme qu’elle « va devoir recourir au chômage technique d’ici la fin de la semaine. C’est une réalité. » D’ailleurs, certains salariés d’entreprises sous-traitantes sont déjà en congés imposés, selon France Bleu Loire Océan. Certains voient aussi dans cette « menace » de la direction, une envie de diviser les salariés pour obliger les grévistes à reprendre le travail.

>> A lire aussi : STX: Les chantiers de Saint-Nazaire, 150 ans de navale et d'économie

Pour Sébastien Benoît, « il n’y a aucun risque de chômage partiel ou de division au sein des salariés. » Au contraire, à en croire ce syndicaliste, d’autres secteurs des chantiers navals STX pourraient rejoindre le mouvement dans les prochains jours.