VIDEO. FC Nantes: «C'est beau d'avoir une partie de la Beaujoire chez soi», se réjouit Clément

FOOTBALL Ce lundi, les abonnés au FCN pouvaient récupérer gracieusement un siège du stade de la Beaujoire…

David Phelippeau

— 

Thomas a récupéré son siège, mais s'est blessé au doigt...

Thomas a récupéré son siège, mais s'est blessé au doigt... — D.P. / 20 minutes

  • Près de 2.000 abonnés s'étaient inscrits pour cette journée à la Beaujoire
  • Le FCN a organisé cette opération dans l'optique du renouvellement des sièges par Nantes Métropole

Thomas est heureux et pourtant il a « failli en perdre un doigt ». Ce lundi matin, comme plusieurs centaines d’abonnés au FC Nantes, il est venu chercher son petit cadeau de fin de saison : un siège de la tribune Océane. Dans l’optique du renouvellement des 35.000 sièges du stade de la Beaujoire par Nantes Métropole, le FC Nantes a proposé à ses abonnés de venir récupérer un siège du stade. 2.000 personnes étaient inscrites à cette opération. Vers midi, plus de 400 sièges avaient déjà disparu…

>> A lire aussi : FC Nantes: Venez munis d'une clé de 13 et d'un tournevis pour récupérer votre siège à la Beaujoire!

« C’est une vraie joie, explique Thomas, qui s’est fait une entaille avec le tournevis. Je suis Nantais, je suis né ici, je suis chauvin. C’est quelque chose pour moi de récupérer un siège de ce stade mythique, même si certains ne comprennent pas l’intérêt… » Autour de lui des dizaines d’autres fans nantais, disséminés dans la tribune Océane, sont en revanche en phase totale avec Thomas. Comme Gwenaëlle, 23 ans, abonnée en Loire. Tournevis et clé de 13 à la main, la jeune femme s’échine depuis de longues minutes sur un siège… « J’espère que j’aurais réussi à le dévisser avant 13 heures car je travaille ensuite, rigole-t-elle. Je ne sais pas trop ce que je vais en faire… »

Après de longues minutes d'efforts, Gwénaëlle et sa copine Caroline ont réussi à récupérer le sésame.
Après de longues minutes d'efforts, Gwénaëlle et sa copine Caroline ont réussi à récupérer le sésame. - D.P. / 20 minutes

Jérémy, 23 ans, et Clément, 26 ans, ont tout planifié. Les deux Vendéens, originaires de Saint-Mesmin, imaginent parfaitement leur siège bleu dans un seul et même endroit : leur cave. « Je vais y ajouter des pieds et on pourra échanger autour d’un apéritif maison sur un siège de la Beaujoire, sourit Clément. C’est beau d’avoir une partie de la Beaujoire à la maison. » Clément ne se fait pas d’illusions : « Le mettre dans la maison ? Ma copine dira non, elle est davantage Maisons du Monde pour la décoration intérieure… »

>> A lire aussi : Nantes: Bientôt des sièges tout neufs (avec dossiers) au stade de la Beaujoire

Mamie FC Nantes (comme on la surnomme), 73 ans, lunettes jaunes et vertes sur le nez, s’entendrait très bien avec Clément. « Je vais installer mon siège de la Beaujoire (numéro 43 comme son année de naissance) sur un radiateur dans mon salon », dit-elle. Et il devrait se sentir moins seul à côté d’un autre strapontin provenant du… stade Marcel Saupin. « J’avais récupéré cette petite planche en bois, place 43. Je me souviens que je l’avais acheté 15 francs à l’époque. Il a été dédicacé par Der Zakarian et Baronchelli… »

Mamie FC Nantes confesse que le siège de Saupin a « une valeur sentimentale plus importante » pour elle. Pendant ce temps-là, Serge repart avec deux sièges sous le bras. Cet abonné (depuis 1984) a récupéré son siège (« 101 rang H E3E Océane Haut ») et celui de son fils Maxime de 31 ans (« place 102 »). Pour être certain de ne pas rentrer bredouille, le retraité de Vertou a prévu le tournevis, la clé de 13 et… du dégrippant. Il faut dire que les sièges sont tenaces…

« C’est la nostalgie qui m’a fait venir ce matin. Je suis un fidèle supporter depuis l’âge de 15 ans. » Serge a une idée bien précise de la future utilisation des deux sièges. Et c’est plutôt original. « Je vais les mettre au fond de mon jardin et quand Nantes jouera à l’extérieur, je m’installerai dessus et j’écouterai la radio… » Et il fermera les yeux et il aura l’impression d’être à la Beaujoire.

Serge a fait le
Serge a fait le - D.P. / 20 minutes