Présidentielle: Que veulent faire Macron et Le Pen de Notre-Dame-des-Landes?

PRÉSIDENTIELLE Les deux candidats comptent faire respecter la consultation (favorable au projet) mais chacun à sa manière…

Clément Carpentier

— 

Un barrage entre la Paquelais et Notre-Dame-des-Landes.

Un barrage entre la Paquelais et Notre-Dame-des-Landes. — FABRICE ELSNER/20MINUTES

  • Emmanuel Macron veut nommer un médiateur.
  • Marine Le Pen compte faire évacuer la ZAD.

Le dossier a comme été glissé sous le tapis au moment de l’élection présidentielle. Au final, très peu de candidats se sont exprimés sur le sujet de l’aéroport Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes ces derniers mois. Pourtant, les deux finalistes devront gérer ce serpent de mer assez rapidement pour lui trouver une issue. Si, sur le fond, Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont sur la même ligne, c’est sur la forme qu’ils se différencient.

>> A lire aussi : «Je me tiens prêt» à l'intervention à Notre-Dame-des-Landes, affirme le ministre de l'Intérieur

Ils veulent faire respecter le vote démocratique 

Tout d’abord, pour la candidate du Front national, il faut noter un revirement à 380 degrés sur le sujet. Longtemps opposée au projet, elle a finalement changé de position car « rien ne peut aller contre une consultation populaire [en 2016] ». Une conversion tardive qui s’expliquerait aussi pour Alain Mustière, de l’association pro-aéroport les Ailes de l’Ouest par son « envie de se faire des zadistes. »

Les pro-aéroports manifestent régulièrement pour demander le départ des zadistes
Les pro-aéroports manifestent régulièrement pour demander le départ des zadistes - JACQUES DEMARTHON / AFP

Le candidat d’En marche ! tient à peu près la même position puisqu’il a récemment déclaré : « Il y a eu un vote. Mon souhait est de le respecter et de faire l’aéroport. » Un argument que ne veut pas entendre Julien Durand,agriculteur exproprié. Pour lui, « ce n’est qu’une consultation et non un référendum. Les gens ont juste donné un avis ».

Macron et son médiateur

« Il a des positions à la Macron. C’est-à-dire que l’on entend un peu ce que l’on veut », ajoute Françoise Verchère. La porte-parole du Cédpa (Collectif des élu-e-s doutant de la pertinence de l’aéroport) voit  tout de même d’un bon œil la volonté de l’ancien ministre de l’Économie de nommer un médiateur.

>> A lire aussi : Pour Notre-Dame-des-Landes, Emmanuel Macron veut un médiateur et pas d'expulsion

Ce médiateur, c’est la grande différence entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Reste à savoir ce « qu’il va faire. Quel sera son rôle ? Sa position ? » interroge Julien Durand. Françoise Verchère, elle, se dit « prête à participer à une médiation mais avec des règles claires, une étude objective, un accès à tous les documents et un expert qui nous représente. »

Mais attention, ce médiateur n’est pas censé revoir le projet mais simplement discuter avec les zadistes pour qu’ils quittent les lieux de façon pacifique. Une initiative qui « ne sert à rien, selon Alain Mustière, car on a déjà essayé de discuter avec les zadistes. C’est juste un gain de temps. Je suis convaincu par la volonté d’Emmanuel Macron mais la méthode reste à confirmer. »

Le Pen n’y va pas par quatre chemins

D’ailleurs, la nomination d’un médiateur laisse dire à la porte-parole du Cédpa, qu’il « n’y aura pas d’évacuation sur-le-champ ». Ce qui serait sûrement le cas si Marine Le Pen était élue, car « il n’est pas question qu’un petit groupuscule d’anarchistes fasse céder indéfiniment l’État français », estime la candidate frontiste. Dans ce scénario, les anti-aéroport s’attendent à « voir débarquer les troupes ».

Les zadistes occupent toujours le terrain.
Les zadistes occupent toujours le terrain. - DAMIEN MEYER / AFP

>> A lire aussi : Que faisaient ces sénateurs en déplacement sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes?

Au bout du compte, les deux candidats veulent faire respecter les résultats de la consultation. En revanche, l’évacuation de la zone pourrait prendre plus ou moins de temps selon le vainqueur de cette élection présidentielle. De leur côté, les pro et anti-aéroport espèrent que leur volonté s’imposera à l’élu(e).