Nantes: Macron, cette «synthèse» qui intrigue les indécis

POLITIQUE Le candidat d’En Marche ! était en meeting au Zénith pour convaince entre autres, ceux qui s’interrogent encore dans le sprint final…

Clément Carpentier

— 

Des militants d'En Marche! au meeting de Nantes.

Des militants d'En Marche! au meeting de Nantes. — Jean-Sébastien Evrard

Thierry regarde au loin la plaine du Zénith de Nantes, les yeux grand ouverts, pourtant depuis des semaines, il ne voit rien. Pas l’ombre d’un candidat à la présidentielle ! « Pour tout vous dire, je n’en vois même pas un qui se dessine », s’amuse ce Nantais de 45 ans.

>> A lire aussi : Présidentielle: La campagne officielle est lancée, le suspense reste entier

Ils sont perdus dans une campagne folle

Il fait partie de ceux qu’on appelle « les indécis ». Ceux qui représenteraient un quart voire un tiers des électeurs selon les derniers sondages à J-3 du premier tour de l'élection présidentielle et que les candidats chassent dans le sprint final. Alors que fait-on dans ce cas-là ? Eh bien, « on va les voir pour se faire une idée », explique Louis, étudiant de 19 ans.

Thierry tient d’ailleurs à dire qu’il « était au meeting de Mélenchon (ou plutôt de son hologramme) mardi soir au même endroit mais ce soir (mercredi), c’est Macron. » Il faut dire que le leader d’En Marche! intrigue ces indécis souvent perdus entre « une droite qui a déçu avec ses affaires et une gauche qui n’existe aujourd’hui qu’à l’extrême », affirme Véronique, venue de Quimper.

Emmanuel Macron en meeting à Nantes.
Emmanuel Macron en meeting à Nantes. - Jean-Sébastien Evrard

>> A lire aussi : Emmanuel Macron: «Il faut aller plus loin, plus clair, plus fort que ce quinquennat»

Macron, une « bonne synthèse qui parle trop peu de son programme »

Mais attention, Emmanuel Macron est attendu au coin du bois comme un gibier par ces personnes qui « veulent des réponses à leurs interrogations. » Et chacun veut les siennes : Thierry sur le social, Hugo sur la jeunesse ou encore Véronique sur la sécurité. Bilan à la sortie du meeting ? « Il a parlé un peu de l’armée mais surtout dans l’Europe. Il ne veut pas désarmer la France mais ça veut dire quoi concrètement ? », s’interroge la Quimpéroise de 55 ans.

Elle ne semble pas plus avancer que Thierry : « Je vais encore réfléchir. Mélenchon me fait peur par son instabilité et avec Macron, j’ai peur de revenir à un Hollande bis. » Et ce n’est pas la présence de Jean-Yves Le Drian, l’actuel ministre de la Défense qui va l’aider dans son choix. Un choix qui semble, en revanche, fait pour Agathe. Cette avocate de 33 ans a été « convaincue par Macron. Il fait une bonne synthèse et surtout, il n’a pas de boulets au pied. »

Jean-Yves Le Drian, l'actuel ministre de la Défense, était présent.
Jean-Yves Le Drian, l'actuel ministre de la Défense, était présent. - Jean-Sébastien Evrard

>> A lire aussi : Présidentielle: Les électeurs indécis peuvent-ils faire basculer l'élection?

Une chose est sûre, ils iront voter

D’autres restent réservés : « Il parle trop peu de son programme mais il est intéressant, il a un truc », lâche une ancienne militante socialiste. Une chose est sûre : tous ces indécis iront voter dimanche par devoir ou « par défaut » comme aime aussi le rappeler Hugo.

Finalement, c’est peut-être Romain, habitant de Prinquiau en Loire-Atlantique qui résume le mieux la situation : « Aujourd’hui, je sais surtout pour qui je ne vais pas voter mais après c’est flou ! » Et de nombreuses personnes sont dans ce cas selon Thierry, « on est beaucoup plus d’indécis qu’en 2012 et on risque de peser lourd dimanche… »

>> Quel candidat à l'élection présidentielle correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.​