Nakoulma à terre... A l'image du FC Nantes ce dimanche.
Nakoulma à terre... A l'image du FC Nantes ce dimanche. - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Celui-ci, il ne fallait pas le perdre pour continuer à rêver. Le FC Nantes, qui espérait encore arracher la 5e ou 6e place de la L1 en fin de saison, peut aisément faire une croix sur l’Europe désormais. Les Nantais se sont inclinés (0-1) contre les Girondins de Bordeaux, ce dimanche.

>> A lire aussi : FC Nantes-Bordeaux : « Le public nantais m’a habitué à mieux… », lance, consterné, Gourvennec

« On n’a pas fait un match fantastique, parce qu’on avait une équipe compétitive, une équipe qui a bien défendu en face », estime l’entraîneur nantais Sergio Conceição. Le bloc bordelais a parfaitement maîtrisé l’allant nantais, sauf sur quelques séquences, notamment en première période. Un chiffre résume le match des Canaris : 0 tir cadré !

>> A lire aussi : FC Nantes-Bordeaux: La tribune Loire fermée au moins trois matchs?

« On n’a pas produit le jeu qu’on a l’habitude de produire, reconnaît, lucide, Valentin Rongier, sorti à la pause en raison d’une douleur à la cuisse droite [il doit passer un examen mardi]. On n’a pas gardé les mêmes principes de d’habitude, ça nous a coûté trois points aujourd’hui. On arrivait moins à se trouver qu’à l’accoutumée. On a gagné moins de duels, on a été moins bons. Il y a des matchs comme ça, ce n’est pas qu’on ne voulait pas mais on n’a pas réussi à développer notre jeu tout simplement… »

>> A lire aussi : ASSE-FC Nantes: Mal payés à Saint-Etienne, les Canaris gardent «le droit de rêver» à l'Europe

Avec ce revers, les Canaris occupent la dixième place de la Ligue 1 à dix points de Bordeaux, 5e… et au moins à six points de l’OM (6e), qui joue ce dimanche soir contre Saint-Etienne. « L’objectif, c’est les dix premières places, conclut le capitaine Guillaume Gillet. A nous de regarder devant… » Et d’éviter de gâcher une deuxième partie de saison excellente jusqu’ici.

>> A lire aussi : Bordeaux: «Pas notre plus beau match de l'année, mais un des plus importants», souffle Carrasso

 

Mots-clés :