Angers-Bordeaux: Ce n'était pas Alexandre Letellier, c'était Alexandre le taulier!

FOOTBALL Le gardien de but angevin a su sortir une double parade exceptionnelle à dix minutes de la fin, lors de la qualification (2-1) du SCO contre Bordeaux ce mercredi…

David Phelippeau

— 

Alexandre Letellier, gardien de but d'Angers (archives).

Alexandre Letellier, gardien de but d'Angers (archives). — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Pouvait-il rêver meilleur scénario pour un retour « à la vie » ? Mercredi soir, en quart de finale de la Coupe de France, face à Bordeaux, au stade Raymond-Kopa (qui a remplacé le stade Jean-Bouin), Alexandre Letellier faisait son grand retour dans la cage angevine.

>> A lire aussi : Coupe de France : Les Angevins dominent Bordeaux (2-1) et foncent vers les demies. Revivez en direct ce match avec nous

« Emotionnellement, c’était intense de revenir après presque huit mois sans jouer avec l’équipe professionnelle, reconnaît, tout sourire, Letellier. C’était énorme. » En août 2016, son genou le trahit. Une rupture des ligaments croisés est diagnostiquée. L’une des blessures les plus redoutées des footballeurs. Pendant plusieurs mois, Alexandre Letellier travaille d’arrache-pied pour revenir à son niveau.

Mercredi, contre les Girondins, Letellier, qui avait joué six matchs en réserve (CFA 2) avant cette rencontre, a donné raison à son coach qui avait choisi de le titulariser. Très rassurant dans tous les domaines, le gardien de but a surtout préservé le petit but d’avance de sa formation à la 80e grâce à une double parade réflexe.

Le héros du match la raconte : « Il y a un centre en retrait, Kamano frappe, je la dévie sur le côté. Puis, je vois Pallois arriver, du coup, je me dis qu’il faut que je me relève très vite et que je me jette. Peu importe si c’est la hanche qui touche le ballon, je dois me jeter. J’ai la réussite, je la prends du bout des doigts ! » Un arrêt salvateur qui permet au SCO de garder son avance jusqu’au terme de ce quart de finale.

>> A lire aussi : Angers-Bordeaux: «On a été suffisants dans l'engagement...», peste Cédric Carrasso

 

Mots-clés :