A votre bon cœur messieurs dames ! Un clic de souris pour donner 20 centimes. C’est ce que propose la start-up nantaise Anona, du nom de la déesse romaine de la générosité et de la corne d’abondance. L’idée ? Regarder une vidéo publicitaire de 30 secondes, et une fois celle-ci terminée, il ne reste qu’à choisir la cause que vous souhaitez soutenir : planter des arbres, soutenir une réinsertion professionnelle ou des enfants hospitalisés.

Le bouton est situé en haut ou en bas à droite de la page visionnée. L’annonceur finance complètement le don mais en contrepartie le lecteur est obligé de regarder la vidéo publicitaire : « On est tous excédé par ces vidéos intempestives qui surgissent lorsqu’on veut lire un article. L’idée c’est que le temps passé devant son écran soit utile pour une association caritative », précise le fondateur d’Anona Frédéric Ollier. 130.000 euros ont été investis pour monter ce projet.

Anona complète les dons traditionnels

Trois bémols tout de même à ce raisonnement : le premier, l’obligation de regarder la vidéo avant de délivrer son don. Est-ce sûr que l’on n’aura pas avant le clip choisi, un autre imposé sur une page différente du site ? Le deuxième, le don en lui-même puisqu’il est entièrement assumé par l’annonceur, il s’agit plus pour le lecteur de donner son temps sans contrepartie pécuniaire. Enfin, une certaine facilité dans la démarche. Il suffit d’appuyer sur un bouton pour avoir le sentiment d’avoir accompli son devoir de gentil citoyen.

Frédéric Ollier explique par ce biais qu'« Anona touche ceux qui n’ont pas les moyens de donner. De plus, le portefeuille des gens n’est pas extensible. Nous complétons les formes de dons traditionnels. De notre côté, on facture les frais techniques comme l’entretien du serveur à l’annonceur, c’est notre source de revenus. Il faut compter entre 2 et 3.000 euros. »

Le nombre de visionnages de vidéos est limité à trois par jour. Anona est pour l’instant disponible sur le site de plusieurs médias : Ouest-France, La Provence ou encore Nice-Matin. Depuis le début de l’année, 12.000 euros ont été récoltés. Frédéric Ollier et son associé Morgan Nguyen sont accueillis au startup palace. Anona est actuellement présent sur plus de 20 millions de pages mais espère en écrire une autre dans les mois à venir.