Un peu comme si Messi dans sept ans rejoignait le FCN ? La semaine dernière, le HBC Nantes a frappé un énorme coup sur le marché des transferts. Comme pressenti depuis plusieurs jours, il a annoncé la signature pour deux ans (à partir de l’été prochain) de l’arrière droit Kiril Lazarov. Le Macédonien est considéré comme une référence.

Ecoutez un peu… Il est le premier joueur à avoir inscrit plus de 1.000 buts en Ligue des Champions. Lors du Mondial en France, il a terminé meilleur buteur avec 50 réalisations. Il a évolué dans les plus grands clubs européens : Barcelone (depuis 2013), Atlético de Madrid (2011-2013), Ciudad Real (2010-2011), RK Zagreb (2000-2002 et 2007-2010) ou encore Veszprém (2002-2007). Au niveau palmarès, forcément, Lazarov a (presque) tout gagné : Ligue des champions, mondial des clubs, championnat d’Espagne, de Hongrie, de Croatie etc...

Costantini admiratif de Lazarov

« C’est un buteur extraordinaire comme il y en a peu dans les différentes compétitions, complimente Daniel Costantini, l’ancien sélectionneur des Bleus. C’est un puncheur incroyable. Il marque des buts ou fait des passes décisives. »

>> A lire aussi : Il y vingt ans, les Bleus gagnaient leur premier titre et écrivaient «le début de l’histoire»

Les défenses de LNH sont prévenues pour la saison prochaine : « Ou tu vas le chercher à dix mètres et il fait des passes, ou tu ne vas pas le chercher et il marque des buts, estime toujours Costantini. Avec un mec comme ça, tu es sûr de ne pas te tromper car il est tellement fiable. C’est un joueur assez exceptionnel. Il a les mêmes qualités que notre « Stoecklin national » [ Stéphane Stoecklin]. Ce dernier nous faisait gagner des matchs en équipe de France à lui tout seul, Lazarov est dans ce registre-là. »

>> A lire aussi : «Nantes? C'est là que les futurs Barjots sont un peu nés», raconte Costantini

Barcelone ne lui proposait qu’un an…

La genèse du contact entre cette star du hand et le HBC Nantes ? « En discutant avec des agents, on apprend qu’il est en fin de contrat à Barcelone, explique le président Gaël Pelletier. Cela paraît inaccessible, mais on apprend un élément important. Lazarov veut poursuivre là-bas deux ans, mais Barcelone ne lui propose qu’une année… » Fin novembre, les discussions débutent. Fin janvier, alors que le Mondial touche à sa fin, elles s’intensifient.

>> A lire aussi : «Je ne redoute pas la réussite des autres clubs nantais, si nous-mêmes on réussit», explique Gaël Pelletier

« Il ne voulait pas aller dans un club qui ne pouvait pas prétendre à gagner des choses et qui ne jouait pas la Ligue des champions, explique toujours Pelletier. Aujourd’hui, le « H » [2e de LNH et qualifié pour les 16es de finale la Ligue des champions] fait partie des clubs qui comptent. » A 36 ans, Lazarov exige aussi des « certitudes » sur un plan personnel, comme un accompagnement de ses deux enfants qui ne parlent pas français. Le club se plie en quatre pour répondre aux attentes du Macédonien et de sa famille.

Un gros salaire, mais pas de démesure

Financièrement, en revanche, le HBCN « garde sa ligne de conduite ». Il n’entre dans aucune surenchère au niveau salarial pour un joueur transféré de Zagreb à Ciudad Real pour 125.000 euros, une somme énorme pour le hand en 2010. « A 1.000 euros près, on est dans les proportions de ce qu’on a pu donner à Alberto Entrerrios », confie Gaël Pelletier.

>> A lire aussi : HBC Nantes: La lettre d'au revoir très émouvante d'Alberto Entrerrios

Mais, l’élément peut-être le plus déterminant pour finir de séduire Lazarov porte deux noms : Alberto Entrerrios, son ancien partenaire (désormais adjoint d’Anti au HBCN), et Valero Rivera, son coéquipier à Barcelone (ex-Nantais et gendre de l’entraîneur Thierry Anti). « Deux bons émissaires », selon Pelletier, qui ont su convaincre Lazarov de rallier Nantes. « Je comprends que ça surprenne les gens, conclut le président. Cette signature attire beaucoup de questionnements positifs sur ce qu’il se passe chez nous. » Nantes, dans une autre dimension avec Lazarov ? Pelletier reste (très) prudent : « Le terrain nous dira ça… »

>> A lire aussi : Kiril Lazarov, meilleur buteur du dernier mondial, signe au HBCN

 

Mots-clés :