Nantes: Métropole et entreprises veulent faire de l’Arbre aux hérons «une tour Eiffel» pour Nantes

URBANISME Plusieurs acteurs économiques s'engagent avec la métropole pour monter ce projet à 35 millions d'euros...

Julie Urbach

— 

Un héron dans la galerie des Machines

Un héron dans la galerie des Machines — S. Salom Gomis/ SIPA

C’est le top départ d’un projet audacieux. Alors que la présidente de Nantes métropole, Johanna Rolland, avait enfin officialisé cet été le lancement du projet d’Arbre aux hérons, elle a annoncé ce mercredi « la concrétisation du partenariat » entre la métropole et plusieurs acteurs économiques du territoire. La création d’un « fonds de dotation », en partenariat avec la chambre de commerce et d’industrie, va être soumise au vote du conseil métropolitain de vendredi.

Un pacte obligatoire pour assurer le financement (35 millions d’euros, assuré par la métropole, des partenaires privés, et d’autres sources publiques) de cette immense structure qui sera installée au cœur de la carrière Miséry, dans le bas Chantenay. Un deuxième enjeu est aussi que ce projet soit « partagé par l’ensemble du territoire », et « donne à voir le savoir-faire nantais ».

>> A lire aussi : A quoi ressemblera l'Arbre aux hérons?

Mobiliser les entreprises de la région

« Le but est de voir comment cet arbre soit à Nantes ce que la tour Eiffel est à Paris, justifie Yann Trichard, le président de la CCI. C’est-à-dire comment un projet artistique devienne un projet économique pour créer in fine des emplois. » Le fonds aura pour objectif de mobiliser un maximum d’acteurs locaux, comme les instituts de recherche, l’école de design, ou encore les acteurs de l’industrie et du numérique. « Nous serons co-décideurs pour que 100 % des travaux soient effectués par des entreprises de la région », espère Patrick Cheppe, président du Medef 44.

La Jeune Chambre économique, le Relais atlantique (associant ainsi l’économie sociale et solidaire) mais aussi le Crédit mutuel font partie des membres fondateurs de ce fonds. Ce dernier s’est déjà engagé sur le plan financier de façon importante avec un apport de 1,5 million euros (sur les 4 millions nécessaires) pour les études de faisabilité du projet, qui démarreront dans les prochains mois.

La maquette de l'Arbre aux hérons est exposée à la Galerie des machines.
La maquette de l'Arbre aux hérons est exposée à la Galerie des machines. - F.Brenon /20Minutes

Des parrains pour les branches

Si le fonds aura pour mission de lever d’autres sources de financement, plusieurs entreprises ont déjà apporté leur soutien à l’Arbre aux Hérons. Pierre Oréfice, le directeur des Machines, a annoncé que 20 branches (sur 22) sont déjà parrainées par des entreprises diverses, à hauteur de 50.000 euros chacune.

Exposé en maquette dans l’actuelle Galerie des Machines, l’Arbre aux hérons serait une structure monumentale de 50 m de diamètre, 35 m de haut, sur laquelle 400 personnes pourraient déambuler en même temps. Elle disposerait de branches végétalisées reliées par des passerelles, belvédères et insectes mécaniques mobiles. A son sommet, deux hérons embarqueraient des visiteurs pour un vol circulaire. Son ouverture n’est pas prévue avant 2021.