Loire-Atlantique: Les vols, le point noir de la délinquance en 2016

SÉCURITÉ Phénomène préoccupant, les atteintes aux biens augmentent, y compris lorsqu'elles sont accompagnées de violences...

Frédéric Brenon

— 

Un malfaiteur tentant de forcer un véhicule (illustration).

Un malfaiteur tentant de forcer un véhicule (illustration). — S.Salom-Gomis/Sipa

C’est le principal point noir de l’année 2016 en matière de délinquance. Les atteintes aux biens (vols et dégradations) ont augmenté de 3,8 % en Loire-Atlantique, selon les chiffres dévoilés ce mardi par la préfecture. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Alors que les vols de voitures et deux-roues diminuent, ce sont les vols liés aux véhicules (+8,30 %) qui pèsent le plus. Les vols à l’intérieur du véhicule, par effraction de l’habitacle, ont ainsi explosé de 20 % en un an. Autoradios, GPS mais, surtout, « le sac laissé sur la banquette », « l’appareil photo dans le coffre »… «La prudence et la lucidité permettraient de diminuer le nombre de faits », est convaincu le préfet.

Les vols avec violence progresent aussi

Les vols d’éléments et accessoires automobiles sont également fréquents. « Pare-chocs, pots catalytiques, rétroviseurs, essuie-glaces… Ce sont généralement des équipes qui travaillent sur commandes pour alimenter un trafic », constate la gendarmerie.

Autre phénomène inquiétant : les vols avec violences ont également progressé de 7,9 %. « Ils se produisent le plus souvent sur la voie publique, explique la police. Les téléphones portables sont les plus recherchés car ils se vendent très bien. Les cartes bancaires sont également très convoitées. Il y a pour ce type de faits des auteurs très organisés qui sévissent régulièrement. Les victimes alcoolisées sont souvent considérées comme des proies faciles. »

Les cambriolages préoccupent toujours

Quant aux cambriolages, s’ils ont diminué de 3,8 % en 2016, ils sont toujours en nombre conséquent en Loire-Atlantique (plus de 10.500 par an). Les résidences principales d’habitation sont les plus touchées. Les cambriolages visant les locaux industriels se multiplient également, essentiellement la nuit. Les profils des auteurs sont divers mais les forces de sécurité rapportent être confrontées de plus en plus souvent à des « réseaux internationaux très organisés ».