Image de synthèse d'une éolienne similaire au projet Floatgen.
Image de synthèse d'une éolienne similaire au projet Floatgen. - Ideol

« Ici se construit la première éolienne en mer de France ? » Le panneau, affiché à l’entrée du bassin de Penhoët, à deux pas des paquebots produits par les chantiers navals STX, exprime bien la fierté des porteurs de projet. C’est en effet à Saint-Nazaire qu’est réalisé depuis septembre le premier modèle d’éolienne offshore du pays. Baptisé Floatgen, l’engin, qui sera flottant et non pas fixé au fond de l’océan, sera mis en service avant la fin d’année à 20 km au large du Croisic (Loire-Atlantique).

Un démonstrateur grandeur nature

Grâce à ses pales culminant à 60 m de haut, Floatgen sera en capacité de produire 2 MW, de quoi couvrir la consommation annuelle d’environ 2.000 foyers. Pour autant, si l’électricité sera bel et bien réinjectée sur le réseau, il ne s’agira que d’une éolienne de démonstration dont le fonctionnement servira de test grandeur nature.

Sept partenaires européens, dont la start-up française Idéol, le constructeur Bouygues TP et l’école Centrale de Nantes, sont derrière ce projet coûtant la bagatelle de 25 millions d’euros.

Image de synthèse d'une éolienne similaire au projet Floatgen.
Image de synthèse d'une éolienne similaire au projet Floatgen. - Ideol

Les atouts du flottant

« Il y a plus de 3.000 éoliennes en mer installées dans le monde (aucune en France) mais on ne compte que six unités flottantes (quatre Japon, une Norvège, une au Portugal), explique Paul de la Guérivière, PDG d’Idéol. L’éolien flottant a pour avantage de ne pas avoir de contrainte de profondeur, donc de pouvoir aller chercher des vents forts plus au large, sans impact visuel sur les côtes. Le potentiel est très important. »

Autre avantage des engins flottants : leur assemblage se fait à terre avant d’être transporté sur zone, ce qui réduit les coûts. A Saint-Nazaire, la construction de l’immense flotteur en « béton léger » se poursuivra jusqu’au printemps. Une fois en mer, il sera ancré à 33 m de fond par des lignes en nylon. Et branché au réseau par un câble haute tension sous-marin déjà installé. Le test doit durer deux ans.

Les travaux de construction du flotteur en béton de l'éolienne, à Saint-Nazaire.
Les travaux de construction du flotteur en béton de l'éolienne, à Saint-Nazaire. - Ideo-Bouygues TP

Un « marché d’avenir »

« Cette première éolienne est pour nous une vitrine extraordinaire » en vue des prochains appels d’offres que doit lancer le gouvernement français, se réjouit le PDG d’Idéol. Quatre projets de fermes éoliennes flottantes ont déjà été attribués par l’Etat, en Bretagne et en Méditerranée, avec pour objectif une installation entre 2020 et 2021.

« On est au lancement d’une nouvelle filière industrielle avec un impact conséquent en termes d’emploi. C’est un marché d’avenir pour notre région », s’enthousiasme Sébastien Pilard, vice-président du conseil régional des Pays de la Loire.

Outr l’éolien flottant, six projets commerciaux de parcs éoliens maritimes, avec des éoliennes fixées au fond de l’océan, doivent voir le jour. Les trois premiers, au large de La Baule, Fécamp (Seine-Maritime) et Courseulles-sur-Mer (Calvados), devraient être mis en service en 2021.

Mots-clés :