FC Nantes: Non, non, le FCN de Sergio Conceição n'est pas invincible

FOOTBALL Les Canaris ont été sortis (0-2) par Nancy en quart de finale de la Coupe de la Ligue, ce mardi soir, à la Beaujoire...

David Phelippeau

— 

La rage d'Amine Harit.

La rage d'Amine Harit. — LOIC VENANCE / AFP

« Je suis responsable de cette défaite. Je n’ai peut-être pas motivé le groupe comme il fallait… » Après l’élimination des Canaris en Coupe de la Ligue contre Nancy (0-2), ce mardi, à la Beaujoire, l’entraîneur nantais Sergio Conceição s’est livré - de manière assez surprenante - à une séance d’auto flagellation. Sur les deux buts encaissés en première mi-temps, ce n’est pourtant pas le coach qui doit se remettre en cause.

Le premier (31e) fut consécutif à une perte de balle dans le rond central d’Harit. Sur le second (45e + 1) - un coup franc magnifique de Cuffaut de plus de 30 mètres - les Nantais sont alignés comme des plots… « En première mi-temps, on prend deux buts bizarres, a analysé le coach nantais. Une équipe pro ne peut pas prendre ce deuxième but [coup franc à plus de 30 m). A 0-2 à la pause, c’est trop difficile. »

>> A lire aussi : Il faut oublier tout de suite les 35 heures avec Sergio Conceição…

Nantes avait tout le temps pourtant après la pause de revenir dans cette rencontre, mais les hommes de Conceição ont - comme pendant tout le match - monopolisé le ballon sans jamais être en mesure de le mettre au fond des filets de Nancy. « La deuxième mi-temps, je ne veux même pas en parler. On a été 99 % en phase offensive, on a six ou sept occasions de but, mais on n’a pas marqué. Si un ballon rentre, ce n’est plus le même match. »

Un manque d’efficacité criant

Un manque d’efficacité dû à la maladresse le plus souvent des attaquants… A l’image de Sala tout d’abord. A la 34e minute, l’attaquant nantais est lancé par Harit. Il bénéficie du claquage de Chrétien, mais manque son face-à-face avec le gardien nancéien. A l’image aussi d’un Aristeguieta - sorti du placard par Conceição à 23 minutes de la fin du match - peu en réussite dans le dernier geste et en manque de confiance compte tenu de sa situation personnelle.

>> A lire aussi : L'échec Fernando Aristeguieta en quatre chiffres

« Je pense qu’on était plus forts que Nancy, mais il faut marquer des buts… En première mi-temps, on doit prendre plus de plaisir avec le ballon, être plus dynamique, avec plus de rythme. La deuxième mi-temps a été parfaite à ce niveau-là. Mais ce n’est pas bon de se réveiller quand on a pris deux buts. Il faut le faire avant. » Séance de rattrapage, dès samedi, pour les Canaris à Toulouse en Ligue 1.

>> A lire aussi : Felipe Pardo? «Un vrai taureau» capable de jouer «des deux pieds»

 

Mots-clés :