Nantes: «Cher Père Noël, je voudrais un juge aux affaires familiales»

JUSTICE Vingt avocats dénoncent les retards de traitement des affaires sociales et réclament un juge au Père Noël…

G.D. avec AFP

— 

Nantes, le 17 février 2015, le palais de justice, sur l'île de Nantes

Nantes, le 17 février 2015, le palais de justice, sur l'île de Nantes — Frederic Brenon / 20 Minutes

Le retard de traitement des dossiers de divorces, pensions alimentaires et gardes d’enfants leur devient insupportable. Vingt avocats nantais ont écrit une lettre au Père Noël demandant la nomination d’un nouveau juge aux affaires familiales pour résorber ce retard.

Des milliers de dossiers en attente

« Cher Père Noël, depuis longtemps et tous les ans, nous te demandons de mettre dans notre grand palais de justice un nouveau juge aux affaires familiales pour s’occuper des milliers de dossiers en attente d’être jugés depuis parfois 14 mois », peut-on lire sur cette lettre placardée en cinq exemplaires dans la salle des pas perdus du palais de justice de Nantes.

L’initiative de ces avocats, qui souhaitent rester anonymes, intervient après que ces derniers eurent tenté, sans succès, la « voie normale » pour exprimer leur demande, à savoir auprès du président du tribunal de grande instance de Nantes, puis du premier président de la cour d’appel de Rennes.

Une annonce sur le Bon Coin à Orléans

« On a vu qu’à Orléans, une petite annonce avait été postée sur le Bon coin pour avoir un juge, on s’est dit que le Père Noël pourrait sans doute faire mieux que le Bon coin », assure auprès de l’AFP l’une des signataires, spécialisée dans le droit de la famille, qui plaide pour la nomination d’un 7e juge.

>> A lire aussi : A Créteil ou ailleurs, la justice asphyxiée par la pénurie de moyens

« Comme les profs remplaçants, il y a des juges placés qui n’ont pas de poste fixe, explique-t-elle. Ce qu’on demanderait au moins, c’est un juge placé pendant un an pour résorber le retard. »

A Nantes, plus de 2.200 dossiers sont en attente, avec des délais allant de 6 à 14 mois, selon elle. Ils concernent notamment le traitement des décisions de gardes d’enfants nés hors mariage ou des situations après divorce.

Mots-clés :