Saint-Nazaire: Cinq commandes de paquebots confirmées pour STX

INDUSTRIE Trois paquebots géants et deux plus petits vont être construits par les chantiers navals nazairiens...

Frédéric Brenon

— 

L'Harmony of the seas, le plus gros paquebot du monde, construit à Saint-Nazaire.

L'Harmony of the seas, le plus gros paquebot du monde, construit à Saint-Nazaire. — ADRIAN DENNIS / AFP

Des bonnes nouvelles pour finir l’année. Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire ont annoncé ce mardi la confirmation officielle des commandes envisagées pour cinq navires.

La première confirmation concerne l’armateur italien MSC qui avait annoncé en mars son intention de faire construire deux paquebots ressemblant (mais en plus évolués) au Meraviglia qui, lui, doit être livré en mai. Plus longs, les deux bateaux mesureront chacun 331 mètres, abriteront 2.441 cabines et pourront accueillir jusqu’à 6300 passagers. Ils devront être remis à MSC à l’automne 2019 et à l’été 2020. Entre-temps, le Bellisima, frère jumeau du Meraviglia, aura, lui aussi, été livré à l’armateur italien, au printemps 2019.

Un troisième géant des mers pour 2021

La seconde confirmation concerne trois commandes passées par l’armateur Royal Carribean Cruises Limited (RCCL). Satisfait par la réception de son Harmony of the seas, le plus gros paquebot du monde sorti des chantiers nazairiens en mai 2016, et alors que le suivant est déjà en cours de construction pour une livraison en 2018, le croisiériste américain officialise l’achat d’un nouveau paquebot de la classe « Oasis » à l’horizon 2021. Long de 362 m, équipé de 2.750 cabines, ce nouveau géant des mers pourra accueillir plus de 6.000 passagers, précise STX.

>> A lire aussi : EN IMAGES. «Harmony of the seas»: 5 choses folles vues à bord du plus gros paquebot du monde

Deux paquebots plus petits ajoutés

RCCL a par ailleurs acté la commande de deux paquebots plus petits (capacité de 2.900 passagers tout de même) de la classe « Edge » pour sa marque Celebrity cruises. Ces deux navires, qui devront être livrés en 2021 et 2022, s’ajoutent aux deux autres bateaux de la même classe devant être finis fin 2018 et début 2020.

Bref, beaucoup de travail et donc de l’emploi en perspective pour le plus grand constructeur naval français.