VIDEO. Nantes: Dans ce nouveau resto, serveurs et cuisiniers sont des personnes trisomiques

INITIATIVE Le Reflet ouvre ses portes ce jeudi en centre-ville de Nantes. Ce restaurant emploie sept personnes trisomiques...

Julie Urbach

— 

Flore Lelièvre (à droite) et toute l'équipe du Reflet

Flore Lelièvre (à droite) et toute l'équipe du Reflet — J. Urbach/ 20 Minutes

Ils s’appellent Marie-Noëllie, Maxime, ou encore Caroline. Ils ont entre 20 et 30 ans et à partir de ce jeudi, ils sont les cuisiniers et serveurs d’une nouvelle table en centre-ville de Nantes. Le Reflet, c’est son nom, pourrait être un restaurant comme un autre. A la différence qu’il emploie sept personnes trisomiques.

Une première en France alors que « le chemin est encore long pour faire accepter le handicap mental » estime Flore Lelièvre. Cette jeune architecte d’intérieur de 26 ans, dont le grand frère a trois chromosomes 21, a créé ce lieu « pour provoquer la rencontre ». Mais aussi pour « donner une chance à ces personnes extra-ordinaires », qui si elles trouvent un emploi, l’exercent « en milieu protégé ». « Ici, on va les mettre en valeur, au cœur de la société, dans un resto qui a de la gueule ! », sourit Flore, qui a imaginé ce projet en 2013, lors de sa dernière année d’étude à l’ école Pivaut. Elle avait reçu les félicitations du jury.

Assiettes uniques et code couleur

Dans la cuisine flambant neuve, les apprentis cuisiniers semblent rapidement avoir pris leurs marques avec l’aide de Farida et Thomas, qui les encadrent. Mais aussi grâce à tout un environnement spécialement réfléchi pour eux. « Les passe plats sont plus bas que dans un restaurant classique pour que les employés puissent s’asseoir, énumère Flore. Nous avons aussi conçu des assiettes, avec des empreintes préformées, pour que les serveurs n’aient pas de problème à les tenir. »

>> A lire aussi : En Argentine, une institutrice trisomique qui captive les enfants

En salle, un système astucieux a été imaginé pour la prise de commande. Comme certains salariés ne savent ni lire ni écrire, les clients eux-mêmes tamponneront une petite carte en guise de bon. « C’est le serveur qui expliquera les règles du jeu, sourit Flore. Il y aura de l’échange. Il saura ensuite retrouver la table grâce à un code couleur ».

« Ca va me plaire »

Le restaurant (qui proposera une carte de trois plats, trois entrées et trois desserts) sera ouvert midi et soir mais les employés ne travailleront chacun que 24 heures par semaine. En attendant, la motivation est déjà bien là et la pression monte. « J’ai le trac mais je crois bien que ça va me plaire, confie Caroline, l’une des deux cuisinières, qui s’apprête à plier des feuilles de bricks. « C’est super, c’est mon travail », s’enthousiasme l’un de ses nouveaux collègues, qui affiche un grand sourire.

Si l’expérience est réussie, la créatrice du Reflet rêverait de pouvoir renouveler l’initiative dans d’autres villes de France. Et à ceux qui lui disent que c’est de la discrimination positive, elle répond qu’il en faudrait peut-être un peu plus pour faire changer les choses.

Ouverture en deux temps

Le restaurant, situé 4, rue des Trois-croissants à Nantes, accueillera exclusivement ses partenaires et mécènes ces jeudi et vendredi. Le grand public pourra réserver une table à partir de mardi midi.