Nantes: Le musée de Louis de Funès va fermer ses portes fin octobre

CULTURE L’association qui gère le musée n’a pas réussi à récolter les fonds nécessaires pour racheter les locaux qu’il occupait…

Julie Urbach

— 

le 31 juillet 2014 au musée de Louis, auCellier, près de Nantes

le 31 juillet 2014 au musée de Louis, auCellier, près de Nantes — Jean-Sébastien Evrard AFP

Plus de 20.000 signatures, de dizaines de milliers d’euros récoltés… mais la porte va pourtant définitivement se fermer, dans deux semaines. Alors que l’avenir du musée de Louis (de Funès) était incertain depuis plusieurs mois, le clap de fin est imminent pour ce lieu dédié à l’acteur comique préféré des Français, situé au Cellier près de Nantes.

C’est Françoise Haméon, adjointe au tourisme au conseil départemental de Loire-Atlantique, qui a fait cette annonce surprise aux élus lundi soir, lors d’une session. « J’ai reçu un courrier de Madame Duringer [la directrice du musée] qui me dit qu’elle abandonne le projet, a-t-elle rapidement expliqué. Le musée fermera le 30 octobre. »

>> A lire aussi : Louis de Funès et Sophie Marceau sont les acteurs préférés des Français

Racheter les locaux

Il faut dire que le pari était ambitieux : réunir plus d’un million d’euros pour racheter le château de Clermont, ancienne demeure de l’acteur, dans laquelle avait déménagé le musée depuis l’été 2014. Mais le propriétaire n’avait pas renouvelé le bail, souhaitant vendre les murs. L’association qui gère le musée s’était alors donné l’objectif de les acquérir, en vue de pérenniser et même d’étendre ses activités.

Une pétition avait été lancée ainsi qu’un appel aux dons envoyé aux collectivités, particuliers et mécènes. Même Stéphane Bern s’était ému de la situation, en vain. Aux dernières nouvelles, environ 30.000 euros avaient été récoltés. Le département avait déjà indiqué qu’il apporterait un accompagnement mais pas une aide financière. La région Pays de la Loire venait, selon plusieurs sources, de proposer une subvention de plusieurs centaines de milliers d’euros. Et pourtant.

Un autre lieu ?

La directrice, très attachée à son projet, n’a pas encore donné suite aux sollicitations de 20 Minutes. Mais dans une lettre envoyée aux amis du musée, elle et son mari se sont dits « navrés » du timing de l’annonce, en plus de la déception de devoir finalement renoncer. Ils ont aussi promis de « bien préparer la suite ».

Alors que Roselyne Duringer nous confiait en juin qu’elle n’imaginait pas continuer l’aventure ailleurs qu’au Cellier, Françoise Haméon a en effet assuré que celle-ci ne « baissera pas les bras pour peut-être trouver un autre lieu, sur un autre territoire. » « Je suis optimiste car c’est un projet formidable, tout comme le travail déjà mené par les Duringer, commente Jean Amyot d’Inville, qui s’est engagé à leurs côtés dans cette aventure. Donc tout n’est pas cuit, d’autant que la région semble intéressée par nous aider. »

Avant l’été, quelque 55.000 visiteurs du monde entier avaient déjà franchi les portes du château de Clermont pour découvrir les milliers d’objets, de films et autres souvenirs retraçant la vie de Louis de Funès. Il est fort à parier qu’ils seront encore nombreux à affluer de mercredi à dimanche, cette semaine et la suivante, pour vivre les derniers jours du musée.