L’un était ivre, la deuxième portait des écouteurs et le dernier n’aurait pas vu le bonhomme rouge clignotant. Depuis début octobre, trois passants ont été percutés par un tramway, à Nantes. Si aucun n’a heureusement perdu la vie, cette recrudescence des collisions inquiète les responsables de la TAN. « Si ça continue sur cette pente, l’année 2016 sera à la hausse en nombre d’accidents impliquant des piétons, admet Alain Boeswillwald, le directeur du réseau de transports en commun. Leur gravité est aussi un peu plus importante. » Aucun accident mortel n’a cependant eu lieu depuis fin 2013.

>> A lire aussi : Comment la TAN tente de réduire les accidents qui impliquent ses trams

Alors qu’une opération de vérification des feux de signalisation des tramways se tient ce jeudi, la TAN vient de lancer une nouvelle campagne de communication pour appeler à la vigilance, surtout en cette période où la nuit va tomber de plus en plus tôt. Car l’an passé, 19 accidents ont encore eu lieu entre trams et piéton, mais surtout plus de 75 entre trams et voitures. Au total, 23 ont eu des conséquences corporelles.

« Pour la majorité d’entre eux, il s’agit du non-respect par l’usager des signaux lumineux, regrette Alain Boeswillwald. Cela fait pourtant maintenant 20 ans que ces feux rouges clignotant existent, et qu’on sait qu’il faut s’arrêter lorsqu’ils s’activent. » Le téléphone portable ou le port d’écouteurs sont aussi pointés du doigt. Un problème que l’on retrouve aussi pour le busway mais il s’agit principalement de dégât matériel, comme sur le réseau de bus.

Baisse des accidents sur cinq ans

Si la situation s’est globalement améliorée avec une baisse du nombre d’accidents de 20 % en cinq ans, sur l’intégralité du réseau de transports en commun nantais, le chiffre est resté stable depuis ces deux dernières années. En 2015, la Semitan a continué de réaliser de nombreux travaux d’aménagement pour tenter d’améliorer son bilan : sécurisation de carrefours, ajout de signalisation et de passages piétons, déplacements de poteaux pour éviter d’aggraver les accidents… Des opérations qui vont continuer.

Mais le danger peut aussi se trouver à l’intérieur même des transports en commun. Parmi les nouveautés, la TAN alerte donc sur la nécessité de bien se tenir à la barre. « Un freinage d’urgence peut aussi faire des dégâts, assure Olivier Larnicol, responsable sécurité à la TAN. Une soixantaine de chutes, parfois avec fractures, ont été recensées dans les bus et les trams. »

Des affiches de la nouvelle campagne de la TAN
Des affiches de la nouvelle campagne de la TAN - TAN/ capture d'écran