Au pied des bureaux, à la sortie des écoles, au supermarché… On ne sait pas pour vous, mais on a l’impression de voir de plus en plus de vélos-cargos à Nantes depuis quelques mois. Si ces bécanes à l’allure de grosses brouettes ont déjà suscité l’intérêt des professionnels, c’est maintenant au tour des familles nantaises de s’y mettre.

>> A lire aussi : A Paris, les adeptes du vélo-couteau suisse se réunissent au bois de Vincennes

« Il y a en ce moment un vrai engouement, et ça fait boule de neige, confirme Thierry, le gérant de Bo Vélo (cours Olivier-de-Clisson), l’un des seuls magasins qui propose ce type d’engin dans le centre-ville. On en a vendu six depuis la rentrée ! » Alors que les Rendez-vous mobilité durent jusqu’à samedi place du Commerce, il paraît que ce moyen de transport plutôt original, très répandu en Hollande, n’a que des avantages.

Un vélo cargo lors de la vélo parade à Nantes
Un vélo cargo lors de la vélo parade à Nantes - J. Urbach/ 20 minutes

Idéal pour les enfants

Le premier d’entre eux est que ces triporteurs ou biporteurs peuvent tout transporter (dans la limite de 100 ou 150 kg), et par exemple… des enfants. « Il a des petits bancs, une toile pour la pluie, des ceintures, et même la possibilité d’attacher un cosy, explique Sébastien, qui roule en triporteur à assistance électrique depuis deux ans. C’est plus sécurisant qu’un siège bébé ou une carriole, parce qu’on peut voir les enfants pendant le trajet », juge le restaurateur.

Même constat chez Alexandre, qui parcourt une dizaine de kilomètres pour se rendre à son travail, dépôt des enfants chez la nounou et à l’école compris. Depuis mai, ce papa de 36 ans raconte qu’il ne s’embête plus à chercher une place pour garer sa voiture, et a trouvé un moyen de motiver les troupes. « Quand on dit qu’on prend le "gros vélo" pour aller à l’école, ça leur donne envie, sourit cet habitant de Saint-Sébastien. C’est aussi très pratique quand je dois aller faire des courses en revenant du boulot. »

Un vélo cargo stationné dans les rues de Nantes
Un vélo cargo stationné dans les rues de Nantes - J. Urbach/ 20 Minutes

Remplacer la voiture

Une liberté qui a permis à certains de carrément s’affranchir d’une voiture. « Entre l’assurance et la maintenance, notre deuxième véhicule nous coûtait vraiment trop cher par rapport à notre utilisation », se souvient Mathieu. Si la famille a conservé une voiture pour partir en vacances, un biporteur fait l’affaire pour les trajets du quotidien. « Il s’agit d’un moyen de transport très fiable, estime celui qui a cofondé l’association Nantes Cargo Bike. En cinq ans, j’ai eu très peu de frais : une chaîne à changer et une batterie à 650 euros ».

Pour autant, l’achat nécessite de la réflexion, selon les utilisateurs. Car rouler différemment n’est pas donné : entre 1 800 et 6 000 euros pour un vélo-cargo neuf ! Si la prise en main est en fait plus facile que prévue (on a pu le tester, et on s’y fait en quelques minutes à peine), il existe de nombreux modèles qu’il convient de comparer à l’utilisation qu’on en fera. Pour encourager la pratique, Nantes métropole accorde une subvention aux habitants de la métropole à hauteur de 300 euros maximum. Une centaine de dossiers ont été traités en deux ans.

On a testé (et approuvé) le vélo cargo
On a testé (et approuvé) le vélo cargo - J. Urbach/ 20 minutes

 

Mots-clés :