L'IGPN saisie sur d'éventuelles violences policières en marge de la manifestation.
L'IGPN saisie sur d'éventuelles violences policières en marge de la manifestation. - S.SALOM-GOMIS/SIPA

Vendredi soir, le procureur de la République de Nantes a fait savoir qu’il avait saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour enquêter sur l’interpellation musclée d’un homme en marge de la manifestation contre la « loi El Khomri » révèle Presse Océan.

Une manif qui dégénère

Jeudi, à Nantes, plus de 6000 personnes ont participé à une manifestation contre le projet de loi « travail » de la ministre Myriam El Khomri. Dès le départ du cortège, des individus cagoulés avaient provoqué les forces de l’ordre en leur jetant divers projectiles. Plusieurs autres provocations avaient abouti à la riposte des policiers. La préfecture avait annoncé 19 interpellations et cinq blessés légers, quatre policiers et un manifestant.

C’est l’interpellation musclée de ce manifestant qui a été filmée par des riverains depuis leur balcon. la vidéo avait été postée sur Facebook et avait largement circulé sur les réseaux sociaux. L’homme, un animateur âgé d’une trentaine d’années, a été blessé à la tête. Sur les images, on peut le voir saigner abondamment.

Selon la police, il a été interpellé pour ne pas avoir quitté les lieux après plusieurs sommations. Toujours sur la vidéo, on aperçoit le trentenaire entouré de cinq policiers. Debout, il s’écroule au sol après avoir reçu un coup de matraque.

Le procureur de la République explique avoir saisi l’IGPN pour « faire la lumière sur ce qui s’est passé exactement ». En résumé, il s’agira de déterminer si l’homme a été victime de violences policières illégitimes.

Mots-clés :