Un boîtier de vote
Un boîtier de vote - J. Urbach/ 20 Minutes

« Vous tapez la bonne réponse et vous validez ». Voilà ce que l’on peut entendre dans certains amphis de l’IUT de Nantes, rue Joffre, en centre-ville. Depuis la rentrée, c’est une petite révolution pour les 180 élèves inscrits en première année de gestion des entreprises et des administrations (GEA) : grâce à un petit boîtier de vote orange, qu’ils ont toujours dans leur trousse, ils participent (comme dans quelques rares autres facs en France) régulièrement à des quiz pour mesurer leurs connaissances en direct.

Bonnes et mauvaises réponses s’affichent

Ce mardi matin, à la fin du cours de « proba », tout le monde est concentré. Carlos, 19 ans, tape frénétiquement sur sa calculatrice avant de reporter le résultat sur sa « quizzbox ». Quelques secondes plus tard, sur le tableau en bas de l’amphi 4, la correction tombe : comme 73 % du groupe, il a donné la bonne réponse. Les erreurs sont aussi affichées afin que l’enseignante, équipée d’un casque-micro, puisse les commenter. Et savoir si ses élèves sont complètement largués…

« Avant, on regardait leurs sourcils, leurs expressions, s’amuse Claire Lapalle, enseignante en mathématiques, à l’origine de cette innovation pédagogique. Mais on ne savait pas vraiment ce qu’ils avaient compris, ou non : en amphi, ce n’est pas toujours facile pour les élèves de poser des questions ».

« Une petite compét qui motive »

Avec ce système, qui ne compte pas dans la note, la prof agrégée assure avoir aussi réussi à « remobiliser les étudiants ». A tel point que des enseignants d’autres composantes de l’université se sont rapprochés d’elle afin de réfléchir à un possible déploiement du petit objet dans leurs cours. Une présentation du dispositif a eu lieu la semaine dernière.

>> A lire aussi : Au Tertre, le Crous lance son food-truck en attendant un resto U ultra-moderne

Du côté des étudiants en GEA, le dispositif semble bel et bien adopté, même si quelques-uns jugent « stressant » le fait de devoir raisonner et répondre en un temps très court. « Ça brise la routine, on se sent impliqués », estime la majorité. Et le podium avec les noms des trois meilleurs élèves de la session, qui s’affiche en fin de cours, ne semble gêner personne. « Il y a une petite compét’entre nous, c’est sympa, estime Alban, qui range ses affaires. Ça nous motive ! »

Mots-clés :