La foule de manifestants sur la 2x2 voies Nantes-Vannes le 27 février.
La foule de manifestants sur la 2x2 voies Nantes-Vannes le 27 février. - JS Evrard/AFP
Lancer le diaporama

Les anti-aéroport avaient lancé un appel à la « mobilisation générale ». Le message semble avoir été entendu. Plus de 15.000 personnes, selon la préfecture, « environ 50.000 » selon les organisateurs, ont manifesté ce samedi contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, sur la 2x2 voies Nantes-Vannes, à proximité de la Zad. Il s’agissait de la première grande manifestation des opposants au projet depuis l’annonce d’un référendum sur ce sujet par François Hollande le 11 février. 

La plus grosse manif depuis le début de la lutte ?

Alors que plusieurs cortèges de vélos, tracteurs et piétons se sont élancés dans la matinée, une foule immense est rassemblée depuis 13h sur la quatre voies Nantes-Vannes, sur la commune du Temple-de-Bretagne, dans une ambiance festive. Une station-service a tout de même subi quelques dégradations en fin de matinée. Un journaliste, visé par un projectile, a également été légèrement blessé.

La mobilisation est plus forte que celle du 9 janvier dernier où entre 8.000 et 20.000 manifestants s'étaient déplacés sur le périphérique nantais. Certains membres de la coordination des opposants à l’aéroport évoquent même la « plus grosse manifestation depuis le début de la lutte » contre le projet. Près de 70 cars venus d’un peu partout en France ont ainsi été affrétés pour l’événement.

« L’Etat doit entendre le message »

« C’est une éclatante réussite, se réjouit Cyril Bouligand, membre du collectif d’agriculteurs Copain 44. Ça n’était pas gagné d’avance car le lieu n’était pas évident et les prises de positions diverses du gouvernement ces dernières semaines étaient de nature à perturber le public. C’est le signe incontestable d’une vive opposition contre le projet et d’une forte capacité de réaction si demain les travaux devaient démarrer ou si les expulsions étaient menées à l’encontre des familles et paysans. »

« C’est une mobilisation massive, confirme Françoise Verchère, coprésidente du collectif des élus opposés au projet (CeDpa). L'Etat doit entendre le message. Notre-Dame-des-Landes sera le symbole de la faillite intellectuelle et morale de ceux qu’on appelle à tort "les élites".»

Les 2x2 voies Nantes-Vannes et Nantes-Rennes bloquées

La tenue de la manifestation sur la voie rapide Nantes-Vannes a provoqué depuis le milieu de matinée de très grosses perturbations de circulation au nord-ouest de Nantes. La 2x2 voies Nantes-Rennes avait, elle aussi, été coupée par les manifestants de 10h à 12h.

La manifestation devait prendre fin à 18 h, avaient promis les organisateurs. Pour autant, une poignée de manifestants a fait de la résistance sur la quatre voies jusqu'à l'intervention des forces de l'ordre. La reprise du trafic est finalement intervenue à 22h.

Déjà, le 9 janvier dernier, plusieurs centaines de manifestants, qui refusaient de quitter le périphérique nantais, avaient été expulsés de force par la police.

>> A lire aussi : Pourquoi manifester en coupant les routes?

 

Ces dernières semaines, le gouvernement a laissé entendre qu’aucun chantier ne débuterait à Notre-Dame-des-Landes avant octobre prochain. Une porte de sortie a même été ouverte avec l’annonce de l'organisation d'un référendum local sur le projet d’aéroport d’ici l’été. La question du périmètre géographique de cette consultation fait depuis l’objet d’un vif débat entre les départements concernés.

Mots-clés :