Notre-Dame-des-Landes: Le Maine-et-Loire et le Morbihan ne veulent pas être exclus du référendum

AEROPORT Les présidents Christian Gillet et François Goulard ne veulent pas entendre parler d'un référendum limité au seul département de la Loire-Atlantique...

Frédéric Brenon

— 

Image de synthèse du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Image de synthèse du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. — ©JFA

L’annonce d’un référendum local sur la question du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes soulève depuis jeudi soir plusieurs interrogations. A commencer par celle du périmètre géographique de la consultation.

Les services de Manuel Valls ont indiqué qu’ils préconisaient un référendum limité au seul département de la Loire-Atlantique. Philippe Grosvalet, président PS du conseil départemental de Loire-Atlantique, et Johanna Rolland, maire socialiste de Nantes, ont fait savoir qu’ils étaient du même avis.

« Il ne concerne pas que la Loire-Atlantique »

Mais des départements voisins ne l’entendent pas du tout de cette oreille. A commencer par le Maine-et-Loire. « Notre-Dame-des-Landes sera le grand aéroport international de l’Ouest de la France. Il ne concerne pas que la Loire-Atlantique. Le périmètre de ce référendum, s’il doit avoir lieu, ne peut donc pas être limité à la Loire-Atlantique. Ce serait incompréhensible, ça n’aurait aucun sens », s’insurge Christian Gillet (UDI), président du conseil départemental, interrogé par 20 Minutes.

L’élu rappelle que « le Maine-et-Loire adhère au syndicat mixte du nouvel aéroport et le finance depuis des années ». Et prévient : « J’écrirai au Premier ministre. Je ne compte pas subir les événements. »

Le Morbihan prêt à « déclencher » un référendum s’il était exclu

Quelques heures plus tôt, François Goulard, président du conseil départemental du Morbihan, avait exprimé le même sentiment. « À l’évidence, le projet concerne la Bretagne et les Pays de La Loire. Et en Bretagne, au moins l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan fortement, une partie des Côtes-d’Armor aussi », a déclaré le président morbihanais (Les Républicains) à Ouest-France.

A tel point que si le périmètre de ce référendum « restait limité à la Loire-Atlantique », François Goulard se dit prêt à « en déclencher un dans le Morbihan » en interrogeant ses habitants sur les infrastructures routières dont le département a compétence.