La joie nantaise.
La joie nantaise. - LOIC VENANCE / AFP

Ça devient sérieux. Très sérieux même. Victorieux (2-1) samedi soir de Lorient, le FC Nantes étire sa série d’invincibilité à 12 matchs de L1 et 15 rencontres avec la Coupe de France. Ce dimanche, les Canaris sont au pied du podium.

« Tout le monde a les pieds sur terre, explique néanmoins le capitaine et gardien de but Rémy Riou. Il y a une grosse cohésion. On parle très peu de cette série. On a peut-être pris conscience qu’on avait un coup à jouer cette saison vu comme le championnat est serré. On a pris confiance en nous. On a vu qu’on pouvait rivaliser avec n’importe quelle équipe. »

Dans les semaines à venir, on va surtout déceler si ce Nantes version 2016 peut rivaliser avec les équipes du haut de tableau du championnat et donc s’installer durablement proche des cimes de la L1. Monaco, Rennes, Angers ou encore Lyon seront au programme très vite des hommes de Michel Der Zakarian. En attendant, le FC Nantes se donne le droit de rêver à des jours heureux…

L’Europe en fin de saison ?

« On vise toujours le plus haut possible quand on est 5e et qu’il reste quatorze matchs, explique le milieu de terrain belge Guillaume Gillet. Il faut se permettre de rêver. On n’a rien à perdre de toute façon. Accrocher une place européenne, ça serait le rêve absolu pour une équipe qui a connu des difficultés sur la première partie de saison. On est euphoriques pour le moment et c’est bien. »

Mots-clés :