CLISSON, le 15/06/2012 Le Hellfest, festival de HARD METAL ROCK
CLISSON, le 15/06/2012 Le Hellfest, festival de HARD METAL ROCK - FABRICE ELSNER/20 MINUTES

La rupture est consommée entre le Hellfest et le président du conseil régional des Pays de la Loire. Alors que la polémique enfle depuis quelques jours, après que Bruno Retailleau a demandé la déprogrammation du groupe de musique Down (dont le chanteur avait fait un salut nazi sur scène), elle a pris aujourd’hui un tournant davantage politique encore.

Selon Ben Barbaud, le patron du festival, la décision de la majorité régionale de finalement supprimer sa subvention dépasserait largement le geste déplacé de l’artiste dont la venue est toujours prévue à Clisson cet été.

« Un prétexte pour justifier l’arrêt du partenariat »

« Il vous fallait simplement un prétexte pour justifier de l’arrêt de notre partenariat, accuse Ben Barbaud dans une longue lettre adressée hier à Bruno Retailleau et à Laurence Garnier, présidente de la commission culture. Point d’inquiétude de notre côté, nous nous y étions préparés dès votre élection. »

S’il juge que la subvention de 20.000 euros (sur un budget de 16 millions d’euros) n’est pas vitale, il dénonce le « peu de considération » de la nouvelle majorité régionale pour l’événement, qu’elle percevrait comme « sataniste et violent ». Un premier terme qu’avait utilisé Philippe de Villiers à l’époque président du conseil général de Vendée et ancien proche de Retailleau.

L’opposition sur la même ligne

Ces « raisons idéologiques » sont également dénoncées par l’opposition socialiste, qui s’est cependant refusé de commenter la présence de Phil Anselmo, le chanteur controversé, jugeant « que ce ne sont pas aux élus de s’immiscer dans les choix programmatiques. » A ce sujet, Ben Barbaud a reconnu que l’artiste « a commis une grave erreur qu’il regrette sincèrement », mais s’est dit « persuadé qu’il n’est pas de ces individus aux idées nauséabondes ».

Si la majorité régionale n’a pas encore directement réagi à ce courrier, Retailleau s’est déjà défendu dans l’un des nombreux communiqués envoyés ces derniers jours. Il a notamment rappelé que « c’est Ben Barbaud qui a rejeté lui-même la subvention du conseil régional »

Mots-clés :