Loire-Atlantique: Le premier site d'essais en mer pour les énergies marines renouvelables est opérationnel

ENVIRONNEMENT La plateforme d'exprimentation SEM-REV a été inaugurée ce mardi au Croisic...

Frédéric Brenon

— 

Le site SEM-REV, lors du raccordement électrique en juillet.

Le site SEM-REV, lors du raccordement électrique en juillet. — Ecole Centrale de Nantes

Le premier site français dédié aux essais en mer pour les énergies marines renouvelables (EMR) a été inauguré ce mardi au large du Croisic. Baptisée SEM-REV, cette plateforme d’expérimentation raccordée au réseau par un câble électrique d’une puissance de 8MW permettra de mettre au point et tester, en conditions réelles, des démonstrateurs ou prototypes de récupération de l’énergie marine avant leur commercialisation. Cela peut être aussi bien des éoliennes flottantes que des engins houlo-moteurs utilisant la force des vagues pour produire de l’électricité.

Un «atout décisif» pour développer la filière

Une innovation qui intéresse des PME et grands groupes travaillant à la mise au point de technologies et solutions innovantes dans le domaine. C’est donc « une pièce maîtresse de la filière EMR en Pays de la Loire et un atout décisif du développement de la nouvelle filière industrielle nationale des EMR », estime l’école Centrale de Nantes, laquelle porte le projet conjointement avec le CNRS.

Pour l’industrie et la recherche scientifique

Au-delà de l’accueil de démonstrateurs ayant une vocation industrielle, SEM-REV est aussi une plateforme de recherche pour les chercheurs scientifiques français et européens. Son système de mesures océaniques et météorologiques permet en effet de « progresser sur la connaissance du milieu marin, la biologie et la géologie marine, l’interaction océan-atmosphère, la propagation des houles et courants », est convaincue l’école Centrale de Nantes.

Financé principalement par la région Pays de la Loire et l’Etat, le projet, initié en 2007, dispose d’un budget global de 17 millions d’euros.

Mots-clés :