Accord pour une modernisation de la ligne ferroviaire Nantes-Bordeaux

TRAINS Face au viellissement avancé de la ligne SNCF Nantes-Bordeaux, l'Etat et les collectivités vont engager des travaux de rénovation...

Frédéric Brenon

— 

Illustration: Un train Intercités.

Illustration: Un train Intercités. — MYCHELE DANIAU / AFP

Alors qu'un collectif d'usagers de la ligne ferroviaire Nantes-Bordeaux a manifesté ce jeudi à La Roche-sur-Yon pour dénoncer la lenteur et le délabrement de cette liaison SNCF, l'Etat et les conseils régionaux des Pays de la Loire et du Poitou-Charentes ont annoncé jeudi soir qu'ils faisaient de la rénovation de cet axe une «priorité» inscrite dans les contrats de projet Etat-région 2015-2020 des deux régions.

Remise en état sur une centaine de kilomètres

Le projet consiste en la modernisation du tronçon La Roche-sur-Yon-La Rochelle, soit une centaine de kilomètres de voies. Il s'inscrit «dans une perspective de remise en état de la ligne en deux phases», précise le comité de pilotage du projet, lequel réunit également l'ensemble des départements traversés et la région Aquitaine. «Toutes les collectivités présentes ont exprimé d'une seule voix leur volonté de voir aboutir ce projet de modernisation dans les meilleurs délais», assure Jacques Auxiette, président PS de la région Pays de la Loire.

Les études d'une première phase de travaux seront lancées dès le début 2016. Elles permettront de préciser le coût du projet et les contributions de chacun des partenaires. Le démarrage du chantier est prévu pour 2019. 

Ligne vétuste et peu attractive

La ligne Intercités Nantes-Bordeaux propose actuellement trois à quatre allers-retours quotidiens seulement pour une durée de voyage d'environ 4h. Mais à partir du 13 décembre prochain, la vitesse de circulation des trains sera abaissée à 60 km/h au lieu de 103 km/h sur le tronçon La Roche-sur-Yon-La Rochelle, en raison de la vétusté de la voie. Ce qui allongera encore un peu plus le temps de parcours. Deux circulations les vendredis et dimanches soirs pourraient également être supprimées.

Mots-clés :