Le projet d’agrandissement et de modernisation de la gare SNCF de Nantes devient concret. Ce vendredi, les élus de Nantes métropole ont voté de nouvelles avancées significatives. Ce qu’il faut savoir.

Qu’est-il prévu ? L’objectif est de créer un bâtiment mezzanine reliant, au-dessus des voies, les gares nord et sud. Cette plate-forme, dont l’architecte lauréat sera désigné ces prochaines semaines, accueillera commerces et services et disposera de rampes, escalators et ascenseurs menant à chacun des quais. Côté nord, un grand parvis piétonnier, englobant la station de tramway, sera créé. Le trafic automobile n’y sera donc plus possible. L’allée Charcot deviendra piétonne du Jardin des plantes jusqu’au château. Plus fonctionnel, le côté sud de la gare hébergera les aires de taxis et autocars.

Quand auront lieu les travaux ? L’enquête publique débutera en 2016. Les travaux de transferts des équipements ferroviaires s’effectueront entre 2015 et 2018. Les travaux du cœur de gare dureront environ trois ans pour une inauguration espérée à l’été 2019. Le chantier de transformation du parvis nord doit lui aussi s’achever en 2019.

Pourquoi un tel projet ? L’actuelle gare ferroviaire est déjà régulièrement saturée aux périodes de pointe, notamment son tunnel devenu obsolète. Or les prévisions de trafic tablent sur 25 millions de voyageurs en 2030, soit le double de la fréquentation actuelle. Par ailleurs, les bâtiments et espaces publics actuels, vieillots et peu adaptés aux piétons, ne siéent pas trop avec l’image dynamique souhaitée par la sixième ville de France.

Et les stationnements ? Côté gare nord, le parking à étages restera, mais le petit parc à enclos est voué à être construit. C’est au sud que seront concentrées les plus grandes capacités de stationnement, de même que les dépose-minute. Un nouveau parking public aérien de 500 places sera par exemple érigé d’ici à 2019, intégré à un ensemble immobilier de bureaux et logements. Son ouverture permettra de supprimer quelques places de stationnements situées le long du bassin Saint-Félix.

Combien ça coûte tout ça? Le projet global est estimé à 123 millions d’euros, dont 39 millions d’euros pour Nantes métropole, principal financeur à égalité avec la région Pays de la Loire. Le réaménagement des espaces publics côté nord coûte à lui seul 17 millions d’euros à la métropole nantaise.

Mots-clés :