Nantes: Un record et des nouveautés annoncées aux Machines de l'île

CULTURE Le site culturel nantais va établir un nouveau record de fréquentation en 2014. Pour 2015, il réserve plusieurs nouveautés, pas forcément toutes du goût des visiteurs...  

Frédéric Brenon

— 

Le record defréquentation 2014 s'explique en partie par le succès de la Galerie des achines.

Le record defréquentation 2014 s'explique en partie par le succès de la Galerie des achines. — Jean-Dominique Billaud LVAN

L’année 2013 avait permis aux Machines de l’île d’établir un nouveau record de fréquentation: 521.000 billets vendus. Et bien celui-ci sera largement battu en 2014,  a annoncé ce mardi Pierre Oréfice, directeur du site culturel nantais, à quelques jours du coup d'envoi de Noël aux nefs. Entre 590.000 et 600.000 billets devraient ainsi être écoulés cette année, selon les prévisions.

«C’est notre meilleure année, on est super contents», se réjouit Pierre Oréfice. Elle s’explique en grande partie par la progression de la Galerie des machines (+30% de fréquentation environ). «Je pense que l’arrivée de la fourmi a boosté le visitorat. La proposition autour du projet d’Arbre aux hérons plaît aussi beaucoup.» 

La clientèle étrangère est en nette hausse. Les habitants de Loire-Atlantique représentent désormais à peine 40% des visiteurs. «A 600.000 entrées, on estime que les Machines atteindront leur capacité maximale pour les vacances et le week-end, prévient Pierre Oréfice. Au-delà, les files d’attente s’allongent et la qualité de la prestation pourrait en pâtir.»

Des nouvelles créatures

Pour 2015, les Machines prévoient d’ores et déjà plusieurs nouveautés. A  commencer par un nouvel élément au Carrousel: le poisson-roche. «Il s’enfoncera dans le sol comme s’il descendait dans les bas-fonds marins, décrit Pierre Oréfice Cela va redonner un intérêt à ce niveau du Carrousel.» Une nouvelle créature (secrète) fera également son apparition dans la Galerie dans le courant de l’année.

Une hausse de tarif à faire passer

Autre changement, moins heureux celui-là, les tarifs vont grimper «pour suivre l’inflation et la hausse de la TVA». Le plein tarif adulte passera ainsi de 8 euros à 8,50 euros. «La décision vient d'être votée au conseil de Nantes métropole. Elle prendra effet dès notre réouverture le 7 février, précise le directeur des lieux. Cette augmentation tarifaire était nécessaire pour conserver notre capacité d'autofinancement. Mais on n'augmentera plus ensuite pendant trois ans.» Pour compenser, un deuxième embarquement sera systématiquement offert pour toute entrée au Carrousel des mondes marins le matin entre 10h et 14h. Même chose le mercredi après-midi en période scolaire. «Il fallait faire un geste pour les gamins qui veulent deux tours, justifie Pierre Oréfice. Il fallait aussi opérer un transfert de public vers le matin alors dans la mesure où les après-midi sont très chargés.»

Enfin, ultime nouveauté, une grande exposition de photos retraçant le voyage des créatures des Machines à Pékin, notamment le cheval-dragon Long-Ma, sera incluse sur le parcours des visiteurs de la Galerie durant toute l’année 2015.

L'Arbre aux hérons bientôt fixé sur son sort?

L’incertitude entourant la construction du projet d’Arbre aux hérons, présenté dans la Galerie des Machines, pourrait être levée début 2015. «Une décision sera prise par les élus en février-mars, indique Pierre Oréfice. On est entré dans une phase active de discussion et de travail avec la ville et Nantes métropole. On ne va pas interférer dans la décision. On espère juste: on est des éternels optimistes.»

Le projet, tel qu'il est souhaité par ses créateurs, est estimé à 35 millions d’euros. Large de 50 m de diamètre et haut de 35 m, cet arbre serait une structure métallique monumentale sur laquelle 400 personnes pourraient déambuler en même temps. Il serait constitué de vingt-deux branches végétalisées reliées par des passerelles, jardins suspendus et insectes mécaniques mobiles. A son sommet, deux hérons pourraient embarquer le public pour un vol circulaire à 40 m dans le ciel.

Mots-clés :