Nantes: La bataille des amiantés du Tripode continue

SANTE Une récente décision du ministère des Finances considère que les agents du Tripodeont été exposés à l'amiante...

David Prochasson

— 

L'intersyndicale s'est réunie ce midi devant les services du ministère des finances, rue Gaston-Doumergue à Nantes

L'intersyndicale s'est réunie ce midi devant les services du ministère des finances, rue Gaston-Doumergue à Nantes — D. Prochasson/20 Minutes

Des progrès et toujours, malgré tout, un blocage majeur. Rassemblée à l’occasion d’une réunion avec des représentants de Bercy, l’intersyndicale du Tripode a salué mercredi une «avancée importante» dans le dossier de l’amiante.

Dans une décision du 14 novembre, le ministère des Finances considère que les agents du Tripode ont été exposés, à un degré important, à l’amiante. L’imputabilité de certaines affections sera désormais systématiquement reconnue pour les agents ayant exercé leurs fonctions dans cette tour de l’île Beaulieu démolie en 2005.

Procédures simplifiées

«Jusque-là, c’était à nous de prouver que la maladie était liée à l’amiante, explique Francis Judas, de l’intersyndicale. Désormais, il y a une présomption d’imputabilité qui devrait simplifier les procédures.»

Pour la première fois, les cancers de l’ovaire et du larynx ont été reconnus comme imputables à ce matériau. Une décision qui, espère l’intersyndicale, pourrait faire jurisprudence dans d’autres dossiers liés à l’amiante.

Reconnaître le Tripode comme site amianté

Malgré ces avancées, le collectif a réitéré sa demande de reconnaître le Tripode comme site amianté. «L’administration admet que l’espérance de vie est écourtée mais elle ouvre le départ en préretraite pour les personnes malades, pas pour les autres, c’est de la foutaise», s’indigne le syndicaliste.

Entre 1972 et 1993, 1.800 salariés de l’Insee, du Trésor public et du ministère des Affaires étrangères ont été exposés à l’amiante que contenait le bâtiment.

Mots-clés :