Les avocats du barreau de Nantes, d'où est partie la fronde contre le projet de loi Macron, ont suspendu mardi leur grève totale et assureront à nouveau les permanences et les consultations gratuites, a annoncé le barreau dans un communiqué.

Prenant «acte» du dépôt le 21 novembre devant le Conseil d'Etat du projet de réforme des professions réglementées (qui prévoirait notamment la création d'un statut d'avocat en entreprise, ainsi que l'ouverture du capital des cabinets), le Conseil de l'Ordre a décidé de suspendre la «grève totale» de toutes les désignations, les permanences, les consultations gratuites. Mais aussi la participation à l'aide juridictionnelle, à compter de ce mardi «21 heures».

Une cinquième journée justice morte

Les avocats cesseront cependant leur activité vendredi, à l'occasion d'une cinquième journée «justice morte», à l'exception de «la présence en garde à vue, l'assistance des prévenus devant le tribunal correctionnel siégeant en comparution immédiate et le juge des libertés et de la détention».

Le barreau de Nantes avait entamé un mouvement de grève le 22 octobre, en décidant notamment d'éteindre les portables pour les urgences pénales. Une manifestation avait réuni vendredi à Nantes entre 1.200 et 1.500 avocats du Grand Ouest.

Mots-clés :