Bon, on vous le dit tout de suite: on a perdu. «Mais vous n’étiez pas lamentables ! Seuls 60% des équipes y arrivent», nous rassure Jean-Baptiste, animateur de Leaving room. Depuis ce lundi, le phénomène «escape room» est arrivé dans la cité des Ducs.

Mardi, on a voulu tester  ce jeu grandeur nature, où des équipes de trois à cinq personnes, enfermées dans une salle, ont 60 minutes pour résoudre un certain nombre d’énigmes et retrouver leur liberté. Pour nous, Julie, Frédéric et David, les trois journalistes de l’édition locale de 20 minutes, ce fut un échec… mais une expérience très amusante, complètement hors du temps.

Une heure, ça passe vite

Au début, on a commencé cool. La gérante de Leaving room, Julie, nous avait pourtant prévenus: «Une heure, ça passe très vite. Alors n’hésitez pas à tout fouiller très vite, collecter le maximum d’indices, déplacer les objets…» Si c’était à refaire, on aurait foncé d’emblée…

Il faut dire que quand on pénètre dans la pièce, on plonge dans un autre univers [qu’on ne peut malheureusement pas vous dévoiler afin de préserver l’originalité de l’activité] presque intimidant. Difficile de savoir par où commencer. Et lorsqu’on finit par s’y habituer, arrivent rebondissements et surprises. En fait, on n’est jamais rassasié.

Cohésion de groupe

Au bout de vingt minutes, notre équipe commence à se prendre sérieusement au jeu. On actionne des mécanismes, résout des énigmes qui sollicitent réellement tous les sens, manipule des accessoires, progresse dans l’intrigue. Toujours sans savoir si la fin approche mais avec un chrono qui égraine les secondes.

Quand un membre de l’équipe bloque, un autre prend le relais, parfois aidé par un maître du jeu qui nous observe et saupoudre des indices quand c’est nécessaire. «C’est ce qui fait l’originalité du jeu, expliquent les gérants.  Pour progresser, il ne faut pas de connaissances particulières mais plutôt du bon sens, de la communication, et une bonne cohésion de groupe.»

Game over

La cohésion, on l’a vraiment eue le dernier quart d’heure, malheureusement un peu trop tard. Car alors que l’un d’entre nous hurlait les chiffres d’un code secret que l’on pensait avoir deviné, un gros «Game over» en lettres rouges s’est affiché sur l’écran et les gérants sont apparus dans l’encadrement de la porte. Dur retour à la réalité.

Avec eux, on a démêlé la fin du scénario. A 5 minutes près, on aurait remporté la partie. C’est rageant. D’autant plus qu’après avoir résolu les énigmes, rares sont les joueurs qui reviendront tenter leur chance. Pour les autres, le record à battre est de 50 minutes 38 secondes. Précisons tout de même que les détenteurs de cette performance étaient cinq… soit un paquet de neurones de plus que nous pour gagner.

Nous n'avons pas relevé le défi... à quelques minutes près. - 20minutes

Infos pratiques

Pour se livrer à cette nouvelle expérience, il faudra quand même débourser entre 19 et 30 euros par personne selon le nombre de participants par équipe et l’heure à laquelle on souhaite jouer.

2 allée des tanneurs, ouvert tous les jours de 10h à 22h (mais déjà complet ce dimanche).
 

Mots-clés :