- no credit

Une incroyable success story. Six mois après son lancement, le jeu www.ma-bimbo.com cartonne sur le Net. Près de 100 000 internautes - pour la plupart des filles - sont devenues accros à ce « site d'élevage de bimbos », où il faut faire évoluer son personnage. Acheter des fringues, réussir sa chirurgie esthétique, se montrer en discothèque... Au total, 51 missions sont imparties aux bimbos pour devenir « la plus populaire et la plus riche du moment ». Gare à celles qui grossissent : il leur faudra investir dans un vélo d'appartement, ou une paire de baskets.La poule aux oeufs d'or, désormais convoitée par la régie publicitaire de TF1, niche actuellement dans le bourg d'Orvault, chez les parents de l'un des concepteurs du site. Elle est couvée par trois étudiants tout juste diplômés, Jean-Philippe Tessier (22 ans), Benoît Guihard (21 ans) et Nicolas Jacquart (22 ans). Dans une chambre inutilisée du pavillon, ils ont installé trois PC, cinq écrans, un serveur et une connexion Internet.« On ne s'attendait pas à un tel succès », assure Jean-Philippe, titulaire d'une licence professionnelle Logiciels libres. Mais ma-bimbo.com est « le seul jeu en ligne pour les filles », analyse-t-il avec le recul. « La plupart des informaticiens étant des hommes, ils conçoivent des jeux pour les hommes. »Et le site n'a pas fini de faire des émules. L'un des trois associés, Nicolas, s'est temporairement expatrié à Londres, et planche sur une « version anglaise » du jeu.

revenus Le site, gratuit, tire ses revenus des bannières publicitaires. Les internautes peuvent aussi acheter de la monnaie virtuelle pour avancer plus vite dans le jeu, via un numéro surtaxé.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé