La rue de Strasbourg reste l'une des principales difficultés dans la ville.
La rue de Strasbourg reste l'une des principales difficultés dans la ville. - F. Elsner/20 Minutes

Dans deux semaines, il faudra payer plein pot. Lancé en 2010, le dispositif de prime au vélo à assistance électrique proposé par Nantes Métropole prendra en effet fin le 1er septembre prochain (sauf pour les salariés inclus dans un plan de mobilité d’entreprise).

Afin d’inciter les habitants à se lancer dans les déplacements plus doux, l’agglo s’était engagée à rembourser 25 % du prix d’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE) neuf, dans la limite de 200 euros, à toute personne résidant le territoire qui en faisait la demande. Aucune limite de stocks n’avait été décidée. «Depuis 2010, 3.500 demandes ont été subventionnées ou en cours d’instruction», pour un coût total de 668.000 euros, indique Nantes métropole.

Décision d’achat accélérée

Un chiffre qui pourrait encore augmenter avant la date fatidique. Au magasin Culture Vélo, route de Vannes, des panneaux indiquant la fin imminente de la mesure ont été affichés. «D’habitude, les gens prennent un peu de temps pour faire du repérage, indique un vendeur. Mais depuis quelques semaines, la décision d’achat est plus rapide car ils savent que c’est bientôt fini.»

Antoine et Julie, qui projetaient d’acheter un VAE une fois la rentrée passée, vont peut-être l’acquérir plus vite que prévu. «Celui que l’on a en vue est un modèle premier prix à 700 euros, pour un usage occasionnel. Mais si on peut économiser presque 200 euros, c’est quand même non négligeable!»

Vers un tassement des ventes?

Chez Urban Cycle, on a vu les ventes de vélos électriques s’envoler ces dernières années. Si bien qu’aujourd’hui, près d’un vélo sur deux qui sort de cette boutique du centre-ville est un modèle électrique. «La prime a eu un effet positif, beaucoup de nos clients étaient au courant avant qu’on leur en parle», constate Yves, technicien.

Mais selon lui, l’arrêt de cette mesure ne stoppera pas la tendance. «Beaucoup de gens optent pour le vélo électrique car il remplace un véhicule pour se rendre au travail par exemple, donc ils sont prêts à investir dans un bon produit. Il y a en plus ce côté plaisir, le fait de se sentir libre, à l’air, de ne pas arriver au bureau le matin tout transpirant». «Il y a aussi de vraies raisons économiques à long terme, complète Guirec, vendeur. Pour 100 km en moyenne, une recharge coûte 8 centimes. Alors que pour la voiture, avec le coût de l’essence, on approche des 10 euros…»

Une nouvelle aide pour une autre forme de déplacement à vélo

Une subvention de 300 euros pour inciter à l’achat de vélos cargo et autres vélos familiaux (tandem parent-enfant…) est désormais disponible, en plus de la subvention existante pour l’achat de biporteurs et triporteurs déjà en vigueur. «L’objectif est de faciliter l’utilisation du vélo pour la dépose des enfants à l’école ce qui constitue le premier maillon de la chaine des déplacements de la journée», indique Nantes Métropole.

Mots-clés :