Anthony Mounier a tout pour lui.
Anthony Mounier a tout pour lui.

christophe castieau

Louis Nicollin prévient. « Attention, lui, c'est un bon, il a été formé à Lyon chez mon ami Aulas », fanfaronne le président du MHSC, qui ne se trompe que rarement sur la qualité de la « marchandise ». Anthony Mounier, 24 ans et du talent à revendre, est la bonne prise du mercato montpelliérain. D'ailleurs, Lyon aurait bien aimé rapatrier son gaucher magique vendu à Nice en 2009 ; Saint-Etienne et d'autres clubs encore étaient sur le coup. « Dès que le staff est descendu me voir à Nice, j'ai tout de suis senti son intérêt », raconte le milieu offensif, attiré par le jeu du champion de France.

« Le plus beau football »
Voilà peut-être le « plus » d'un titre. « Ils ne l'ont pas volé parce que ce sont eux qui ont pratiqué le plus beau football de Ligue 1 », reconnaît Anthony Mounier, évidemment pas insensible au jeu. René Girard loue son « pied gauche, son sens de la passe et de la percussion » qu'il pourra utiliser sur les ailes. « A gauche, à droite, même gardien, plaisante Mounier, je suis venu pour jouer le plus de matchs possibles, pour gagner ma place mais ce ne sera pas facile parce qu'il y a des joueurs bien en place. A moi de la gagner. » Le milieu offensif n'arrive pas en terrain conquis malgré ses huit buts et ses deux passes décisives la saison dernière avec Nice, mais plutôt sur la pointe des pieds. Et pourtant, il pourrait aspirer rapidement à l‘équipe de France. Pour l'heure, il ne veut pas y penser, mais, si cela devait arriver, c'est que Montpellier aurait une nouvelle fois vu juste.

Matchs amicaux

Le MHSC affontera Arles-Avignon (le 17/07 à Pierrelatte), Nice (le 20/07 au Pontet). Il embarquera ensuite pour les Etats-Unis où il affrontera Kansas City (le 24/07) avant le Trophée des champions, face à Lyon, le 28 juillet à New York.