Le Pr Didier Mailhé.
Le Pr Didier Mailhé.

christophe castieau

L'institut méditerranéen de traumatologie du sport passe à la vitesse supérieure. Ses services d'urgences sportives et de médecine du sport, inaugurés à la clinique Saint-Roch en début d'année, seront rejoints dans l'été par deux nouvelles unités, consacrées à l'évaluation de la pratique sportive et à la récupération. « Un concept unique et novateur en France, explique le professeur Mailhé, patron du cabinet d'orthopédie Orthodoc, mais c'est surtout une histoire d'hommes, de professionnels de la chirurgie, de la médecine du sport, de la radiologie, de la kinésithérapie, de la préparation physique qui comprennent l'importance du sport dans la société. »

Récupération par cryothérapie
Regrouper toutes les compétences sur un même lieu, tel est l'objectif d'une structure dotée des toutes dernières technologies. Ainsi, dès la fin du mois, l'institut sera capable de proposer de l'évaluation isocinétique. « Ce qui nous permettra de tester la résistance des muscles à l'effort pour voir s'il y a risque de blessure et de donner des indications pertinentes à celui qui va s'occuper de la préparation physique ou à la rééducation », explique le professeur. Fin août, l'institut sera en capacité de pratiquer la fameuse récupération par cryothérapie, consistant à mettre le sportif dans une cabine à -180 °C pendant trois minutes. « Même si les enjeux ne sont pas les mêmes, l'idée est d'offrir les mêmes traitements aux professionnels et aux amateurs», assure Didier Mailhé.

uN TIERS PAYANT ?

L'institut souhaiterait avoir des discussions avec les collectivités et les assurances du sport pour proposer un système de tiers payant permettant au sportif lambda d'avoir un accès direct aux services sans se soucier de l'aspect financier.