Nicollin (à côté de Girard, Bails et les recrues Congré, Mounier, Charbonnier) fixe le trophée.
Nicollin (à côté de Girard, Bails et les recrues Congré, Mounier, Charbonnier) fixe le trophée. - c. castieau / 20MINUTES

christophe castieau

Les semaines ont passé, le trophée de champion de France est sous son nez mais non, décidément, Louis Nicollin a toujours du mal à réaliser. « Je n'arrive pas à croire qu'on l'a gagné, mais on l'a gagné », plaisante le président d'un MHSC qui a retrouvé, lundi, le chemin de l'entraînement d'humeur légère. « On a bien savouré ce qui nous est arrivés », reprend René Girard, revenant à la réalité. « Peut-être que le plus dur va commencer », dit l'entraîneur le plus sereinement du monde.
C'est que, s'il a perdu Giroud en route, Montpellier semble heureux de son mercato. « Le premier recrutement était de conserver un maximum de garçons : tout le monde est là [excepté Giroud, Dernis et Lacombe], se réjouit Girard. L'arrivée de trois nouveaux joueurs plus peut-être celle de l'Argentin nous donneraient un plus pour être compétitifs sur toutes les compétitions. »

« Un danseur de tango... »
Autrement dit, René Girard apprécie les signatures de Congré (arrière polyvalent), Charbonnier (attaquant), Mounier (milieu offensif) et espère celle d'Emmanuel Herrera, évoluant en D1 chilienne pour remplacer Giroud. « Un danseur de tango devrait arriver », confirme Louis Nicollin, redevenant un peu sérieux pour fixer les objectifs de la saison: « Finir dans les 5-6 [en L1] et une petite coupe. » Et en Ligue des champions ? « Au moins troisième de la poule pour être reversé en Europa Ligue. » Loulou a appris à rêver plus grand en faisant semblant de ne pas y croire.

la fin des départs ?

Nicollin se veut ferme sur des départs éventuels. « Tout le monde est sous contrat », répond le président, échaudé par le départ de Giroud rendu possible par une clause libératoire de 12 millions d'euros. «  Il avait un bon de sortie, mais il n'y en aura plus beaucoup », assure Loulou. Belhanda et Yanga-Mbiwa devraient rester. A moins que...