Contrairement au 6 mai, on n'a pas fait la queue dimanche dans les bureaux de vote.
Contrairement au 6 mai, on n'a pas fait la queue dimanche dans les bureaux de vote. - c. castieau / 20MINUTES

CHRISTOPHE CASTIEAU

Al'image de la neuvième circonscription de l'Hérault (Montpellier-Lunel-La Grande-Motte) promise à l'UMP et sur laquelle Patrick Vignal (PS) sembait bien parti dimanche (à 22h15) pour arriver en tête avec 39% des voix, le parti socialiste devrait sortir grand vainqueur du premier tour des élections législatives à Montpellier.
Les candidats PS et EELV arrivent en tête dans la première circonscription ; Jean-Louis Roumégas (EELV) avec près de 30% dans la deuxième ; Anne-Yvonne Le Dain (PS) avec près de 40% dans la deuxième ; Fanny Dombre-Coste avec plus de 35% dans la troisième et — dans la huitième circonsription — Christian Assaf avec 36% des voix. « Les électeurs montpelliérains ont entendu le message national qui était de donner une large majorité au président François Hollande », réagit Jean-Louis Roumégas, restant prudent dans la perspective d'un second tour dans lequel « tout reste ouvert », selon lui.

« Ballottage super favorable »
Si l'on se dirgige vers des duels classiques (PS-UMP) dans ces circonscriptions, peut-être même pour la neuvième où Joseph Castano (FN) ne devrait pas se maintenir pour une triangulaire (autour de 20%), la droite classique paraît essuyer un revers dans le Grand Montpellier. « Triangulaire ou pas, l'avance est tellement considérable que le ballotage est super favorable pour Patrick Vignal » se réjouit-on au parti socialiste.
A l'image de la probable élimination du sortant Jean-Pierre Grand sur la troisième circonscription (Montpellier-Castelanau...), l'UMP n'a pas profité de la forte abstention et paraît ne pas s'être relevée de la défaite essuyée lors de l'élection présidentielle il y a un mois. Arnaud Julien, deuxième sur la huitième avec 26% des suffrages exprimés, Stepan Rossignol sur la neuvième (25%), Anne Brissaud sur la deuxième (19%) et Christian Jeanjean (autour de 30%), tous des finalistes pour l'UMP partent de loin...