Un Ovni en bois s'est posé au beau milieu de la cour de l'Hôtel Saint-Côme.
Un Ovni en bois s'est posé au beau milieu de la cour de l'Hôtel Saint-Côme.

cHRISTOPHE CASTIEAU

S'il est devenu un rendez-vous international aiguisant la créativité d'équipes d'architectes venues des quatre coins du monde (voir ci-dessous), le Festival des architectures vives (Fav) affirme sa vocation de dénicheur de talents locaux. « C'est intéressant d'avoir une première œuvre exposée au grand public et pas réservée aux spécialistes », apprécie Thomas Dalby, 31 ans, jeune architecte de Montpellier, membre de l'Atelier Vecteur qui a conçu et réalisé le pavillon du Fav 2012.
L'objet non identifié présenté mardi – érigé dans la cour de l'Hôtel Saint-Côme – donne le ton de l'édition dont le thème est la surprise. « L'idée était de proposer une forme dynamique, en mouvement, qui amène à l'étonnement et la curiosité », explique Cléo Deschaintres, elle aussi de ce collectif voué à sortir ses acteurs du travail en agence.

« Projets atypiques »
« Cela nous permet de faire des projets atypiques, d'acquérir l'expérience pour voler de nos propres ailes », espère Thomas, couvant le monumental cube en bois façonné de milliers de tasseaux. « Ils avaient participé au concours l'an dernier sans être retenus », note Elodie Nourrigat, architecte de Montpellier instigatrice de l'événement avec son association Champ Libre. « Mais leur travail nous avait interpellés », poursuit-elle, précisant la démarche : « Les stars ne sont pas toujours à l'extérieur : si on ne les pousse pas, on ne les connaîtra jamais. » Ce serait surprenant !

rendez-vous au pavillon

Inauguré mardi, le pavillon est le lieu d'accueil et d'information du Fav, qui débutera vraiment le 13 juin, mais également le point de départ du parcours dessiné dans l'Ecusson. Il sera aussi le lieu de vote du public pour la meilleure installation, et de remise des prix du public et du jury. Le pavillon est situé au 32 Grand'rue Jean-Moulin.